Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

bpv_153678 - CARACALLA Tétradrachme syro-phénicien

CARACALLA Tétradrachme syro-phénicien
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 280.00 €
Type : Tétradrachme syro-phénicien 
Date: 211-212 
Nom de l'atelier/ville : Antioche, Syrie, Séleucie et Piérie 
Métal : argent 
Diamètre : 24,50  mm
Axe des coins : 6  h.
Poids : 11,63  g.
Commentaires sur l'état de conservation : Très faible usure de circulation, limitée aux lauriers les plus en reliefs et au ventre de l’aigle, excellent centrage, patine grise de collection 
Référence ouvrage: Prieur 212 ( 32 ex)  - McAlee 673 
Pedigree : Cet exemplaire est le 0212_027 de la base TSP, il provient de la trouvaille dite de Julia 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Description avers : Tête laurée de Caracalla à droite, avec une barbe fournie, l’un des rubans de la couronne de laurier passant sur l’épaule .
Légende avers : AUT . KAI . ANTWNEINOS . SE . B . .
Traduction avers : (L'empereur césar Antonin auguste) .
Description revers : Aigle à gauche, ailes écartées, tête et queue à droite, ses serres posées sur une ligne de terre, une couronne de lauriers dans son bec, une étoile dans chaque champ entourant l’aigle .
Légende revers : DHMARC E . X UPATOS . TO. G .
Traduction revers : (Tribun du Peuple, Consul pour la troisième fois) .
Ces frappes restent énigmatiques et suivent la mort de Septime Sévère, pour qui aucune émission aux deux étoiles n’est connue. Ce symbole n’est pas connu par ailleurs, n’a pas été utilisé ni pour d’autres ateliers ni à une autre occasion à Antioche, et n’est connu donc que pour cette frappe, l’une au nom de Caracalla, l’autre au nom de Geta.
Certes, les deux étoiles sont connues pour représenter les Dioscures, Castor et Pollux, donc les Gémeaux : ce ne serait pas un hasard si une émission conjointe pour les deux frères, dont chacun craignait la mésentente, chacun auguste de plein droit après la mort de leur père, les placerait sous le signe des dieux de l’amour fraternel par excellence. Malheureusement, aucun témoignage historique ne cite cette émission ; elle n’aura pas de suite, l’assassinat de Géta par son frère Caracalla, le 26 février 212, réglant définitivement la question de l’amour fraternel dans les émissions d’Antioche. Cette frappe sera la dernière au nom de Geta.
Les frappes de ce groupe se caractérisent, outre par les styles d’avers et de revers, par le changement de la légende de revers, qui passe de TO gamma à TOC. TO. gamma. On note que les sigma sont gravés en C.
Dans la base TSP maintenue par Michel Prieur, trente-cinq exemplaires sont répertoriés.

CARACALLA

(27/05/196-8/04/217) Marcus Aurelius Antoninus

Auguste (4/02/211-8/04/217)

Après l'assassinat de Géta, Caracalla fit décréter la "damnatio memoriæ" de son frère. La "Constitution Antoniniana" fut promulguée en 212. Tous les habitants de l'Empire devenaient des citoyens romains. L'année suivante, il entreprit une campagne en Germanie et remporta de nombreuses victoires sur les Germains, les Iapyges et les Goths. Il reçut le titre de "Germanicus". La fin du règne fut marquée en 215 par la Réforme monétaire et la création de l'antoninien. Caracalla entame une ultime campagne contre les Parthes. Il est assassiné après avoir célébré ses vicennalia.