Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

p04_0040 - 500 Francs NOUVELLE CALÉDONIE 1898 P.13 SPL

500 Francs NOUVELLE CALÉDONIE  1898 P.13 SPL
PAPIER MONNAIE 4 (2004)
Prix de départ : 3 000.00 €
Estimation : 5 500.00 €
lot invendu
Valeur faciale : 500 Francs 
Date : 01 juillet 1898 
Période/Provinces/Banques : Banque de l'Indochine 
Référence ouvrage : P.13 
Autre référence : KM.410 
Alphabet-Série-Signature : Sign. Caissier (le même que sur le 20 francs F.14, 958 de BILLETS XXIX, n° 28 et que sur le 100 francs de 1898) Ernest Denormandie, Stanislas Simon. Alph.K.1 numéro 199 
Commentaire
Historique
Billet K.1 / 199 (Le billet qui illustre le KM est le K.1 / 198, celui du Pick est le K.1 / 180) avec surcharge imprimée (?) annulé, pas de numéro de caissier. La signature du caissier, identique à celle du 100 francs de la même année montre que, comme pour les autres séries, ces signatures sont importantes pour dater les billets dans le cas de dates immobilisées. En effet, elles suivent une logique chronologique qui semble fiable. Extrêmement rare.

NOUVELLE CALÉDONIE

La Nouvelle Calédonie fut rattachée aux Établissements Français de l'Océanie avant de devenir colonie autonome en 1860. Territoire d'Outre-Mer en 1946, elle a choisi de garder ce statut en 1958 et 1972. La Nouvelle-Calédonie fut découverte par le capitaine Cook en 1774. Les Français reconnurent l'île sous la Révolution. Après le massacre de marins français par les indigènes en 1853, la France s'empara militairement de l'île et fonda Nouméa en 1854 sous le nom de Port-de-France. Jusqu'à l'année 1860, la Nouvelle-Calédonie dépendait des Territoires de l'Océanie. Territoire français le plus éloigné de la métropole, la Nouvelle-Calédonie fut une importante colonie pénitentiaire entre 1864 et 1896, en particulier pour les communards, tels Louise Michel. Elle possède d'importantes richesses minières, dont le nickel qui servit à fabriquer nos pièces de monnaie du demi-franc à la pièce de 5 francs.