Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

bpv_158418 - TRÉBONIEN GALLE Tétradrachme syro-phénicien TTB+

TRÉBONIEN GALLE Tétradrachme syro-phénicien TTB+
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 65.00 €
Type : Tétradrachme syro-phénicien 
Date : 252 
Nom de l'atelier/ville : Antioche, Syrie, Séleucie et Piérie 
Métal : billon 
Diamètre : 24,5  mm
Axe des coins : 10  h.
Poids : 08,76  g.
Degré de rareté : R1 
Commentaires sur l'état de conservation : Flan un peu court, poids très faible mais frappe apparemment authentique d’époque. Très faible usure mais aspect complètement cuivreux 
Référence ouvrage : Prieur 671 (15 ex)  - McAlee 1176(a) 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Description avers : Buste lauré, drapé et cuirassé de Trébonien Galle à droite, vu de trois quarts en arrière (A*2), globule sous le buste .
Légende avers : AUTOK K G OUIB TREB GALLOS SEB .
Traduction avers : (L’empereur césar Caius Vibius Trebonien Galle auguste) .
Titulature revers : S C à l’exergue .
Description revers : Aigle debout à droite sur une ligne de terre, les ailes déployées, tête et queue à gauche, tenant une couronne feuillée dans son bec, lettre d’officine A entre les pattes .
Légende revers : DHMARC EX OUSIAS UPATOB / A .
Traduction revers : (Revêtu de la puissance tribunitienne Consul pour la deuxième fois / avec l’accord du Sénat d’Antioche) .
Bien que cet exemplaire soit très léger, d’un aloi déplorable et que l’axe des coins soit moins bien aligné qu’habituel, il semble bien, à la qualité du coin, qu’il s’agisse d’une frappe d’époque et officielle.
Si les frappes de 251 étaient déjà de bien moindre qualité que celles de Trajan Dèce, celles de 252 sont encore pires. Alors que les flans des frappes de 251 contiennent encore suffisamment de métal précieux pour que le cuivre n’apparaisse que rarement, il semble bien que celles de 252 commencent d’être frappées pour concentrer en surface le peu d’argent qui reste. Bien entendu, le frottement met rapidement le cuivre à nu et, pour peu que le nettoyage ait été trop violent, on trouve des tétradrachmes qui donnent l’impression d’être seulement en cuivre.
Les exemplaires avec argenture complète sont donc très rares et particulièrement désirables.
La césure chronologique entre 251 et 252 est parfaitement nette avec changement de graveurs, le style de l’aigle est nettement différent avec un gonflement de l’importance des ailes et du cou. Une fois de plus, un changement aussi net d’une année sur l’autre nous encourage à penser que l’atelier était affermé sur un rythme annuel et que les monnayeurs en charge pouvaient être des équipes complètement différentes d’une année sur l’autre.
Les frappes de Trébonien Galle et de Volusien signent la fin de la série des tétradrachmes syro-phéniciens, si l’on ne tient pas compte du sursaut d’Uranius Antoninus. Cette courte frappe, 251/253, va concentrer tous les symptômes d’une fin, de l’effondrement de l’aloi à celui du style.
Notons tout d’abord les changements de fond : mis à part la complète disparition des bustes radiés qui sont réservés à Volusien, la palme disparaît et la position de l’aigle change.
Que pouvait représenter cette palme ?
Une autorité impliquée dans le financement du monnayage ? Dans ce cas, elle aurait passé les siècles et serait certainement d’essence religieuse puisque sa première apparition est dans la main de la Tyché de la ville. Le culte rendu à cette divinité était-il si important que les autorités auraient pu en mettre le clergé à contribution où requérir son aval ? Si tel est le cas, pourquoi Trébonien Galle aurait-il dérogé à l’habitude ? Pourquoi aurait-elle disparu sous les Sévères ?
On peut aussi penser à un raccourci symbolique de la Tyché mais pourquoi Trébonien aurait-il éliminé cette référence ? La question reste ouverte.
D’autant plus que le changement de position de l’aigle, où tête et queue sont maintenant systématiquement en position inverse du corps, rappelle immanquablement les rarissimes émissions finales de Trajan Dèce et de sa famille avec cette position et le point entre les pattes, remplacé chez Trébonien Galle par la lettre d’atelier. Il faut croire que les changements de type monétaire précèdent, dans l’Antioche du IIIe siècle, les chutes de régime : cela se vérifie de Philippe à Galle.
On note que les sigma sont gravés en C.
Dans la base TSP maintenue par Michel Prieur, quinze exemplaires sont encore répertoriés. Notre exemplaire, qui provient de la vente Hirsch 154 de mai 1987, n°751, est le 0671_003.

TRÉBONIEN GALLE

(06/251-06/253) Caius Vibius Trebonianus Gallus

Trébonien Galle, originaire de Pérouse, était gouverneur de Mésie sous le règne de Trajan Dèce. Lors de la bataille d'Abritus, il ne va pas au secours de Dèce en difficulté : l'empereur est tué par les Goths. Trébonien est proclamé Auguste, signe la paix avec Kniva et s'empresse de retourner à Rome où il s'associe Hostilien, le dernier fils survivant de Trajan Dèce, comme auguste et son propre fils Volusien comme césar. Quand Hostilien meurt de la peste ou est assassiné, Volusien devient auguste. Trébonien Galle paie tribut aux Goths alors que les Sassanides de Sapor Ier menacent la Syrie et que la peste continue de ravager l'Empire. Il reprend les persécutions contre les Chrétiens, mais n'a pas de politique. L'invasion ayant repris sur le limes danubien avec l'arrivée de nouvelles hordes barbares, Émilien est proclamé auguste par ses troupes et marche sur l'Italie. Trébonien Galle fait appel à Valérien pour le secourir et la rencontre décisive a lieu à Terni en 253. Trébonien Galle et Volusien sont battus et trouvent la mort dans la bataille dont Émilien sort vainqueur pour peu de temps, avant d'être assassiné par ses troupes qui ont rallié Valérien Ier.