Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

v18_2564 - SUISSE - CANTON DE BERNE 40 batzen contremarqué sur un écu dit "au bandeau" 1762 Orléans TTB

SUISSE - CANTON DE BERNE 40 batzen contremarqué sur un écu dit  au bandeau  1762 Orléans TTB
MONNAIES 18 (2003)
Prix de départ : 210.00 €
Estimation : 380.00 €
Prix réalisé : 230.00 €
Nombres d'offres : 4
Offre maximum : 230.00 €
Type : 40 batzen contremarqué sur un écu dit "au bandeau" 
Date: 1762 
Nom de l'atelier/ville : Orléans 
Métal : argent 
Titre en millième : 917  ‰
Diamètre : 40  mm
Axe des coins : 6  h.
Poids : 29,13  g.
Tranche : feuilletée 
Degré de rareté : R2 
Commentaires sur l'état de conservation : Très bel exemplaire de cet écu avec les contremarques nettes et la tranche bien marquée 
Référence ouvrage:  -  -  -  -  -  -  -  - 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : LUD. XV. D. G. FR. - ET NAV. REX. ; contremarque d'un écu aux armes de Berne en creux derrière le buste .
Description avers : Tête à gauche de Louis XV, ceinte d'un bandeau ; sous la tête (Mm) .
Traduction avers : (Louis XV, par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre) .
Titulature revers : .SIT NOMEN DOMINI - R - BENEDICTUM. (Mg). 1761 ; contremarque 40/BZ. en creux à l'envers .
Description revers : Écu de France ovale, couronné entre deux branches d'olivier .
Traduction revers : (Béni soit le nom du Seigneur) .
Contremarque suisse de 40 Batzen faite à Berne entre 1816 et 1819 ; tranche feuillue refaite à Berne.

SUISSE - CANTON DE BERNE

(1816-1819)

La Suisse était rentrée dans l'orbite française depuis 1799 après la défaite de Zürich contre Souvarov. Un système de République "Sœur" fut imposé aux Cantons et Genève fut annexée à la France. La Confédération helvétique quitta l'alliance française en 1813 et recouvra son indépendance et les cantons leur liberté. Avant et pendant la Révolution, la Suisse avait été inondée d'écus de six livres qui circulaient librement dans la plupart des cantons. Les cantons de Berne et de Vaud décidèrent de contremarquer ces écus et de leur donner une contrevaleur en batzen locaux. À Berne, les écus furent estampés à 40 batzen ou 4 frank, correspondant à l'écu de la République helvétique ou des cantons. Berne, qui avait été un poste militaire dès 1191 avant de devenir une ville impériale reçu le droit de frapper monnaie en 1218 et entra dans la Confédération en 1353. Les écus étaient contremarqués à seulement à 39 batzen dans le canton de Vaud. Tous les écus contremarqués étaient conformes à l'édit de Marly de 1726. Nous pouvons donc rencontrer le type aux branches d'olivier (Dy.1675- Dr.552 et 552A), le type au bandeau (Dy.1680 - Dr.557 et 557A), le type à la vieille tête (Dy.1685 - Dr.562 et 562A) pour Louis XV. Pour Louis XVI, le type aux branches d'olivier (Dy.1708 - Dr.606 et 606A et R.8/9) et pour la période révolutionnaire, les écus au Génie type François ou Français (R.46 et 47) et les 6 livres type Françoise ou sans date (R.78 et 80). Le type du 6 livres au Génie type Française ne s'est jamais rencontré et l'écu au Génie de Strasbourg est unique ; les pièces de la période révolutionnaire sont toujours plus rares. Au total, plus d'un million de pièces auraient été ainsi contremarquées.