Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

bpv_153821 - PHILIPPE Ier L'ARABE Tétradrachme syro-phénicien SUP

PHILIPPE Ier L ARABE Tétradrachme syro-phénicien SUP
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 580.00 €
Type : Tétradrachme syro-phénicien 
Date : 248 
Nom de l'atelier/ville : Antioche, Syrie, Séleucie et Piérie 
Métal : billon 
Diamètre : 28,00  mm
Axe des coins : 6  h.
Poids : 14,27  g.
Degré de rareté : R3 
Commentaires sur l'état de conservation : Frappe complète sur un flan légèrement trop grand, pas de traces d’usure mais petites taches 
Référence ouvrage : Prieur 349 (1 ex)  - McAlee 928 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Description avers : Buste nu à gauche, radié, l’un des rubans tombant sur l’épaule, vu de trois quarts en arrière .
Légende avers : AUTOK K M IOUL FILIPPOS SEB, (Autokratoros Kaisaros Markos Ioulios Filippos Sebastos) .
Traduction avers : (L’empereur césar Marc Jules Philippe auguste) .
Titulature revers : ANTIOXIA / S|C à l’exergue .
Description revers : Aigle debout à gauche, les ailes déployées, tête à gauche et queue à droite, tenant une couronne feuillée dans son bec .
Légende revers : DHMARC - EX OUSIAS UPATOG .
Traduction revers : (Revêtu de la puissance tribunitienne / Consul pour la troisième fois / avec l’accord du Sénat d’Antioche) .
Les bustes nus héroïques sont particulièrement rares mais se rencontrent aux 3e et 4e consulat, pour Philippe Père, toujours buste à gauche et pour Philippe II, toujours buste à droite. Notons à ce propos que les Prieur 417 et 418 ont été supprimés (mauvaise lecture d’images de Capharnaum, il s’agit de Philippe II).
On ne connait pas de Philippe César en buste nu, ni de buste nu avec couronne laurée : pourrait-on rapprocher à cette époque, à Antioche, la frappe de bustes nus avec une divinisation impériale solaire ? En revanche, chaque émission de bustes nus comporte aigle à droite ou aigle à gauche au revers.
Il est d’ailleurs tout à fait possible que les bustes nus des 3e et 4e consulats soient chronologiquement consécutifs car les aigles de revers de l’émission du 3e consulat sont du style typique du 4e, seulement parfois observé au 3e. Là encore, l’analyse des liaisons de coins de droit sera nécessaire.
En abordant les frappes du 3e consulat, on remarque l’absence complète de frappes datées du deuxième consulat, bien que le deuxième consulat de Philippe existe indubitablement à Rome, y compris sur les émissions monétaires. Interruption des frappes ou comput différent à Antioche qu’à Rome ? Nous penchons pour la deuxième solution, pour deux raisons.
Tout d’abord la continuité stylistique : tant pour les revers que pour les droits, il n’y a pas de rupture, alors que l’on aurait pu présumer une certaine normalisation après une interruption des frappes. De plus, celle-ci se produira effectivement pour les frappes datées du quatrième consulat avec un style d’aigle unique, suivie à la fin par une nouveauté encore plus marquante, l’introduction d’officines indiquées sur les monnaies.
Ensuite, il existe à Antioche de très nombreuses frappes datées d’un quatrième consulat de Philippe l’Arabe dont nous ne trouvons pas trace à Rome. Il est extrêmement regrettable que les quelques informations dont nous disposons sur le Sénat d’Antioche soient largement plus tardives (4e et 5e siècle) car les émissions de tétradrachmes laissent à penser que non seulement le Sénat d’Antioche manifestait son indépendance envers Rome en frappant de l’argent avec la titulature “SC / ANTIOXIA” mais encore qu’il avait son propre comput impérial sous Philippe.
L’apparition de cette exergue et la disparition de la palme sont caractéristiques des 3e et 4e consulat mais les styles des aigles ne se normaliseront qu’au 4e.
On note que les sigma sont gravés en C.
Dans la base TSP maintenue par Michel Prieur, quatre exemplaires sont maintenant répertoriés pour ce type, aucun en musée. Notre exemplaire, qui provient de la trouvaille dite de Turquie 1930, est le 0349_002.

PHILIPPE Ier L'ARABE

(03/244-09/249) Marcus Julius Philippus

Philippe est né à Bostra en Trachonitis, province d'Arabie, d'où le surnom de l'empereur. Il est nommé préfet du Prétoire après la disparition de Timésithée, le beau-père de Gordien III, en 243. Philippe fait ou laisse assassiner Gordien au début 244 puis s'empresse de conclure une paix infamante avec les Sassanides. Il leur verse un tribut de 500.000 deniers. Il nomme son fils Philippe césar en 244 et sa femme Otacilia Sévéra augusta. En 247, Philippe élève son fils à l'augustat. Il mène une brillante campagne contre les Quades et les Carpes qui avaient envahi la Dacie. Le grand événement du règne de Philippe est la commémoration du millénaire de Rome qui commence le 21 avril 247. Plusieurs usurpateurs, dont Jotapien et Pacatien, se proclament augustes à la fin du règne. Philippe charge Dèce, commandant des légions de Pannonie, de rétablir l'ordre sur le Danube. Les troupes, contre sa volonté, proclament Dèce auguste en juin ou juillet 249. Philippe trouve la mort en combattant les troupes de Dèce en septembre 249.