Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

v21_3065 - OTACILIA SÉVÉRA, PHILIPPE Ier L'ARABE et PHILIPPE II Tetrassaria

OTACILIA SÉVÉRA, PHILIPPE Ier L ARABE et PHILIPPE II Tetrassaria
MONNAIES 21 (2004)
Prix de départ : 550.00 €
Estimation : 950.00 €
lot invendu
Type : Tetrassaria 
Date: 247 
Nom de l'atelier/ville : Damas, Syrie, Coelé-Syrie 
Métal : cuivre 
Diamètre : 30,5  mm
Axe des coins : 1  h.
Poids : 14,69  g.
Degré de rareté : R2 
Commentaires sur l'état de conservation : Beau portrait avec un style un peu rude. Patine marron. Beaux portraits au revers 
Référence ouvrage: C.- p. 159  - Cop.-  - GIC.3980  - BMC.- 
Pedigree : Cet exemplaire provient de la vente Monnaies et Médailles 81, 18 et 19 septembre 1995, n° 708 et de MONNAIES VIII, 16 juin 2000, n° 376 et de MONNAIES XIII, 30 juillet 2001, n° 621 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : M OTAC SE-VERA AVG .
Description avers : Buste diadémé et drapé d'Otacilia Sévéra à droite, vu de trois quarts en avant, posé sur un croissant ; au-dessous une tête de bélier à droite (L15) .
Traduction avers : “Marcia Otacilia Severa Augusta”, (Marcia Otacilia Sévéra augusta) .
Titulature revers : IMPP DD NN PHILILPPIS AV//GG (sic !) .
Description revers : Bustes affrontés de Philippe père et fils ; le premier à gauche est lauré, drapé et cuirassé, vu de trois quarts en avant ; le second plus petit est radié, drapé et cuirassé aussi, mais vu de trois quarts en arrière .
Traduction revers : “Imperatoris Dominis Nostris Philippis Augustis, (Les empereurs, nos seigneurs Philippes augustes) .
Semble complètement inédit et non répertorié avec cette variante sous le buste d'Otacilia Sévéra. Cette pièce est en fait un tetrassaria.

OTACILIA SÉVÉRA, PHILIPPE Ier L'ARABE et PHILIPPE II

Le monnayage de Damas fut important à l'époque romaine. Il fut d'abord en langue grecque entre Auguste et Alexandre Sévère, puis en langue latine de Philippe Ier à Gallien. Damas était située dans la province de Cœlé Syrie. Elle était reliée à Bostra par une route directe. Philippe Ier, faut-il le rappeler, était originaire de cette ville d'Arabie et fonda non loin d'elle, celle de Philippopolis afin de perpétuer son origine. Philippe essaya à l'imitation des Sévères de recréer une "domus" impériale constituée, outre de l'empereur, de sa femme et de son fils, avec la volonté de créer une nouvelle dynastie, mais sans résultat.