Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

v18_0766 - MAURICE TIBÈRE Solidus

MAURICE TIBÈRE Solidus
MONNAIES 18 (2003)
Prix de départ : 350.00 €
Estimation : 700.00 €
Prix réalisé : 350.00 €
Nombres d'offres : 1
Offre maximum : 450.00 €
Type : Solidus 
Date 583-601 
Nom de l'atelier/ville : Constantinople 
Métal : or 
Titre en millième : 1000  ‰
Diamètre : 23  mm
Axe des coins : 6  h.
Poids : 4,49  g.
Degré de rareté : R1 
Officine : 7e 
Commentaires sur l'état de conservation : Flan très large, mais décentré au droit. Très beau portrait. Trace de double frappe des deux côtés 
N° dans les ouvrages de référence :  -  -  -  - 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : d N mAVR - TIb PP AV, (M onciale) .
Description avers : Buste casqué, diadémé et cuirassé de Maurice Tibère de face, avec pendilia, tenant de la main droite un globe crucigère .
Traduction avers : “Dominus Noster Mauricius Tiberius Perpetuus Augustus”, (Notre seigneur Maurice Tibère perpétuel auguste) .
Titulature revers : VICTORI-A AVGGZ //CONOB .
Description revers : Ange debout de face, nimbé, les ailes déployées, tenant une longue croix de la main droite et un globe crucigère de la main gauche .
Traduction revers : “Victoria Augustorum”, (La Victoire des Augustes) .
Trace de surfrappe des deux côtés
La fabrication du type normal du solidus ne commença pas avant 583. Le revers fait référence aux victoires de Maurice Tibère sur les Sassanides. Pour ce type, le solidus a été frappé dans les dix officines de l’atelier de Constantinople.

MAURICE TIBÈRE

(13/08/582-22/11/602)

Maurice succéda à son beau-père Tibère II. Après de grandes victoires sur les Sassanides, il essuya de nombreux revers dans les Balkans et ne put empêcher l'installation des Slaves et des Avars. Un complot militaire le renversa en 602. Il fut assassiné alors qu'il essayait de se réfugier auprès de Chosroès II.