Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

fco_319623 - MAROC - PROTECTORAT FRANÇAIS Frappe biface de 10 Mouzounas en argent 1912 Paris FDC

MAROC - PROTECTORAT FRANÇAIS Frappe biface de 10 Mouzounas en argent 1912 Paris FDC
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 1 800.00 €
Type : Frappe biface de 10 Mouzounas en argent 
Date : 1912 
Nom de l'atelier/ville : Paris 
Quantité frappée :
Métal : argent 
Diamètre : 30,21  mm
Axe des coins : 6  h.
Poids : 14,92  g.
Tranche : lisse 
Degré de rareté : R3 
Commentaires sur l'état de conservation : cette monnaie qui n’a théoriquement pas circulé présente des traces de manipulations ou d’essuyage, dont des hairlines 
Référence ouvrage : Lec.90 var  - KM20/- 
Pedigree : Cet exemplaire provient de la Collection Michel 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : en arabe : 10 mouzounas .
Description avers : Étoile chérifienne sur un fond vierge .
Titulature revers : en arabe : 10 mouzounas .
Description revers : Étoile chérifienne sur un fond vierge .
La perplexité est totale quant à cette frappe pour la première fois publiée dans MONNAIES 30 qui utilise le coin de revers de la 10 mouzounas de Moulay Yussef en bronze, frappée en AH 1330. Il est probable, compte tenu du métal, qu’il s’agisse d’une frappe d’hommage.
Selon Jean Le Floch, cet essai n’a pas été réalisé à Poissy, qui frappera pourtant pour partie ce type, mais à la Monnaie de Paris : Poissy n’avait pas l’autorisation de frapper en métaux précieux. En revanche, Jean-Pierre Mallet fait remarquer qu’existent des essais en or et argent, frappés à Poissy, au type de l’Hercule, pour Monaco, émissions de 1924 en 50 centimes, 1 franc et 2 francs : rien n’exclut donc que cette 10 mouzounas en argent ait bien été frappée à Poissy. Toutes les hypothèses restent donc ouvertes, les archives de l’atelier de Poissy ayant disparu.

MAROC - PROTECTORAT FRANÇAIS

1912-1956