Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

bby_257633 - HONGRIE - ROYAUME DE HONGRIE - BELA III Follis, (MB, Æ 26)

HONGRIE - ROYAUME DE HONGRIE - BELA III Follis, (MB, Æ 26)
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 115.00 €
Type : Follis, (MB, Æ 26) 
Date c. 1173-1196 
Nom de l'atelier/ville : Buda 
Métal : cuivre 
Diamètre : 26  mm
Poids : 3,12  g.
Degré de rareté : R1 
Commentaires sur l'état de conservation : Exemplaire sur un flan large, bien centré avec les grènetis visibles. La Vierge est bien venue à la frappe. Frappe un peu molle au revers. Belle patine marron foncé, légèrement granuleuse 

Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : + SANCTA - MARIA .
Description avers : La Vierge, nimbée, tient en main droite un sceptre en forme de lys, et sa main gauche appuie une sorte de reliquaire sur sa poitrine ; elle est assise sur un trône sans dossier, une croix dans le champ au dessus de sa tête .
Traduction avers : (Sainte Marie) .
Titulature revers : REX ST(ephanu)S - N REX BELA .
Description revers : Les rois assis sur un double trône sans dossier et tenant en main droite un globe crucigère sont Bela III et Etienne IV (1162-63) ou plus probablement Etienne III (soit pendant son règne entre 1164 et 1173, soit entre 1173 et 1196 lorsque Bela III règnant seul peut associer sur cette pièce le frère à qui il doit le pouvoir) ; entre les deux rois, une longue croix. .
Traduction revers : (Roi Etienne – Roi Bela) .
Le follis est une copie des monnaies islamiques qui circulaient largement en Hongrie. Il est aussi connu sous le nom de follis (Imitation du trachy de billon scyphate byzantin)
Tous les principaux éléments de cette pièce sont empruntés à l’Empire byzantin : la forme scyphate (généralisée par la réforme d’Alexis Ier Comnène en 1092), la Vierge trônant à l’avers (type apparu sembles-t-il en 1118), et au revers la représentation familiale (depuis Héraclius au 7e siècle). Les légendes sont en latin (alors en Grec dans l’Empire byzantin orthodoxe) pour marquer les liens de la Hongrie catholique avec Rome. Le lys est bien entendu le symbole de la pureté, et de la Vierge Marie dans la tradition chrétienne. Les S sont rétrogrades sur cet exemplaire, contrairement à celui de l’Asmonean Museum, université d’Oxford, reproduit dans Metcalf (Coinage in the Balkans)..

HONGRIE - ROYAUME DE HONGRIE - BELA III

(1173-1196)

En 1161, à la mort du roi de Hongrie Geza II, l’empereur byzantin Manuel I Comnène prend parti contre son fils et successeur Etienne III et soutient par l’argent et les armes « l’usurpateur » Etienne IV, frère du défunt. Au traité de 1164, la Hongrie est amputée de plusieurs provinces (Croatie, Dalmatie, Bosnie et Sirmie) au profit du Byzantin. Le frère d’Etienne III, Bela, est reconnu héritier du trône de Hongrie et envoyé à Constantinople où il reçoit le nom d’Alexis et le titre de despote (qui le place immédiatement au dessous de basileus). A la mort d’Etienne III, Manuel conserve son influence en faisant monter sur le trône de Hongrie son protégé Bela-Alexis, sous le nom de Bela III. Bela III épouse d’abord Anne de Châtillon, puis Marguerite comtesse de Vexin et sœur de Philippe-Auguste, d’où l’influence française dans son administration. La mort de Manuel I (1180) dénoue les liens personnels et trois ans plus tard, tirant habilement profit d’une alliance avec les Serbes et de l’appui du Pape, Bela III a récupéré les provinces abandonnées en 1164. Il meurt en 1196. Bela III (1148-1196) fut roi de Hongrie de 1172 à 1196. Il est le fils de Géza II (1141-1161). Ladislas II, frère de Géza II lui succéda en 1162/1163, puis le second frère de Géza, Étienne II ne régna que deux ans. Le frère aîné de Béla, Etienne III (1165-1172) hérita du trône. Bela III épousa successivement Marie Comnène en 1164, puis Agnès de Châtillon en 1168, enfin en 1186, Marguerite de France (1158-1198), la fille de Louis VII.

Articles connexes