Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

bpv_153762 - GORDIEN III Tétradrachme syro-phénicien

GORDIEN III Tétradrachme syro-phénicien
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 220.00 €
Type : Tétradrachme syro-phénicien 
Date: 240 
Nom de l'atelier/ville : Antioche, Syrie, Séleucie et Piérie 
Métal : billon 
Diamètre : 29,00  mm
Axe des coins : 6  h.
Poids : 10,24  g.
Degré de rareté : R1 
Commentaires sur l'état de conservation : Bonne frappe bien centrée, portrait de haut relief, petit plat d’usure de circulation sur le ventre de l’aigle 
Référence ouvrage: Prieur 286 (20 ex.)  - McAlee 867(a) 
Pedigree : Cet exemplaire est le 0286_001 de la base TSP, il provient de la vente Gorny 142 du 10 novembre 2005, lot 3460 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Description avers : Buste radié, drapé et cuirassé (ptéryges de l’épaule droite et de l’épaule gauche visibles) de Gordien III à gauche, vu de trois quarts en avant .
Légende avers : AUTOK K M ANT GORDIANOS SEB (Autokratoros Kaisar Marcos Antonios Gordianos Sebastos) .
Traduction avers : (L’empereur césar Marc Antoine Gordien auguste) .
Titulature revers : SC à l’exergue .
Description revers : Aigle debout à droite, la tête et la queue à gauche, les ailes déployées, tenant une couronne feuillue de lauriers dans son bec, posé sur une ligne de terre .
Légende revers : DHMARC EX OUSIAS(Dhmarcikhs Ex Ousias) .
Traduction revers : (Revêtu de la puissance tribunitienne) .
Tant pour Gordien que pour Caracalla, la couronne radiée ne semble en aucun cas indiquer une différence de valeur libératoire entre les bustes radiés et laurés. On aurait pourtant pu le penser, d’autant plus que Gordien III frappe à Antioche des antoniniens radiés à valeur double du denier sur le modèle de l’atelier de Rome. L’observation des poids moyens, sauf qu’ils indiquent dans les deux cas des émissions fiduciaires (les variations de poids sont telles qu’il est impensable que la valeur de la pièce ait eu un lien précis avec son contenu métallique) n’indiquent absolument aucune différence.
Ceci pose une fois de plus le problème des valeurs relatives des tétradrachmes, deniers et antoniniens et de leur taux de conversion.
Quand Gordien III reprend les frappes de tétradrachmes, après une interruption de la frappe en argent dans la région de plus de vingt ans, il le fait pour la même raison qui avait conduit à la précédente série d’émissions : la guerre contre les Parthes.
Il est possible que, pour ce type de buste, deux imagos différentes aient été utilisées, l’une avec trabea sur l’épaule, comme notre exemplaire, l’autre sans et avec un drapé moins accentué. La réalisation d’une chronologie de la frappe par liaisons de coins permettrait de savoir si, oui ou non, il y a deux émissions différentes ou une seule.
L’aigle du revers, dans cette première émission est un aigle d’Antioche usuel mais le Delta Eta des dernières émissions des Sévères a disparu, pour être remplacé par un SC à première vue incongru, qui est pourtant la meilleure raison que nous avons d’expliquer le Delta Eta comme équivalent à SC.
Si nous savons que l’institution existait, nos connaissances sur le Sénat d’Antioche et ses pouvoirs politiques ou symboliques sont extrêmement limitées pour cette période. Il faut donc déduire de cette légende des monnaies qu’il approuvait les émissions monétaires en argent et le faisait savoir.
On note que les sigma sont gravés en C.
Dans la base TSP maintenue par Michel Prieur, vingt-neuf exemplaires sont maintenant répertoriés.

GORDIEN III

(02-03/238-03/244) Marcus Antonius Gordianus

Auguste (05/238-03/244)

Gordien III est le petit-fils de Gordien Ier et le neveu de Gordien II, empereurs éphémères de l'année 238. À la demande du peuple de Rome, il est choisi comme césar par Balbin et Pupien et leur succède après leurs assassinats. Empereur à 13 ans, marié à 16, tué à 19, voilà comment pourrait se résumer la vie de ce jeune homme qui fut victime des appétits de Philippe l'Arabe, nouveau préfet du prétoire.