Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Boutiques monnaies billets de cgb.fr
En stock
Recherche avancée

fme_400033 - DIRECTOIRE Médaille de la bataille de Montenotte TTB+

DIRECTOIRE Médaille de la bataille de Montenotte TTB+
Prix : 75.00 €
Quantité
Ajouter au panier
Ajouter au panier
Type : Médaille de la bataille de Montenotte 
Date : 1796 
Nom de l'atelier/ville : 75 - Paris 
Métal : bronze 
Diamètre : 42  mm
Graveur : GAYRARD Raymond (1777-1858) / JEUFFROY Romain Vincent (1749-1826) 
Poids : 35  g.
Tranche : lisse + corne BRONZE 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : Anépigraphe .
Description avers : Buste de Bonaparte à droite, en costume de général en chef ; signé : GAYRARD F. .
Titulature revers : A l'exergue en deux lignes : BATAILLE DE MONTENOTTE/ MDCCXCVI. .
Description revers : Victoire volant à droite, les ailes déployées, tenant une épée de la main droite et de la gauche, une palme et une couronne au-dessus du globe terrestre au niveau de l'Italie .
Refrappe moderne (poinçon corne) d’une série de médailles exaltant la campagne d'Italie réalisées initialement après 1804.
La médaille de MONNAIES V, n° 1581 était probablement d’époque.

DIRECTOIRE

(26/10/1795-9-10/11/1799)

Lors de la séparation de la Convention, le 25 octobre 1795, un nouveau pouvoir exécutif prévu par la constitution thermidorienne se met en place. Cette constitution prévoit de confier le pouvoir à un directoire de cinq membres dont chacun préside à tour de rôle avec remplacement d'un membre tous les deux ans. Ce directoire nomme les ministres et les fonctionnaires, dirige la politique étrangère et fait exécuter les lois mais il ne les élabore pas et n'a aucun contrôle des deniers publics.
Le pouvoir est partagé avec deux chambres : le Conseil des Cinq-Cents et le Conseil des Anciens qui forment le Corps législatif. Ce pouvoir est résolu à se maintenir face au risque d'une restauration monarchique ou d'une réaction jacobine mais il est surtout paralysé par la crise financière et doit renoncer à l'assignat en 1796. Le remplacement des assignats par les mandats territoriaux n'inspire pas plus de confiance et cette nouvelle monnaie fiduciaire est supprimée en 1797.
Face à la misère et aux tentatives de déstabilisation, le Directoire, accusé d'être une "république bourgeoise", revient aux mesures révolutionnaires et policières. Par ailleurs, depuis 1792, la guerre est ininterrompue et l'influence des chefs militaires est croissante. En 1799, les partisans d'un pouvoir fort, dont Sieyès, se retrouvent au Directoire et ils ouvrent la voie du pouvoir à Bonaparte, de retour d'Égypte. Le coup d'État des 18 et 19 brumaire an VIII permet l'instauration d'une dictature militaire sous le nom de Consulat.