Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

v23_0684 - CONSTANTIN IV, HÉRACLIUS et TIBÈRE Follis

CONSTANTIN IV, HÉRACLIUS et TIBÈRE Follis
MONNAIES 23 (2004)
Prix de départ : 75.00 €
Estimation : 100.00 €
Prix réalisé : 85.00 €
Nombres d'offres : 2
Offre maximum : 99.00 €
Type : Follis 
Date 668-673 
Nom de l'atelier/ville : Sicile, Syracuse 
Métal : cuivre 
Diamètre : 25,5  mm
Axe des coins : 6  h.
Poids : 3,83  g.
Degré de rareté : R1 
Commentaires sur l'état de conservation : Bel exemplaire pour ce monnayage surfrappé sur un follis ou un demi follis de Constans II. Patine verte. Flan irrégulier, mais large. 
N° dans les ouvrages de référence :  -  -  -  - 
Pedigree : Cet exemplaire provient du stock Kapamadji et de ROME I, 1995, n° 718 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : Anépigraphe .
Description avers : Buste casqué de Constantin de face, vêtu de la chlamyde, tenant le globe crucigère de la main droite .
Titulature revers : SCL à l’exergue .
Description revers : Grand M surmonté d'une croisette, accosté d'Héraclius à gauche et de Tibère à droite .
Souvent, ces folles siciliens sont surfrappés sur des types antérieurs.

CONSTANTIN IV, HÉRACLIUS et TIBÈRE

(15/07/668-automne 681)

Associés au trône dès 659 par leur père Constans II, Héraclius et Tibère furent déposés par leur frère, Constantin IV, qui succéda à son père en 668 après l'assassinat de ce dernier. Il dut immédiatement faire face à la poussée islamique. Constantinople fut menacée et assiégée pendant quatre ans. Pour la première fois dans la poliorcétique, le feu grégeois fut utilisé pour repousser les assiégeants. La flotte islamique essuya de lourdes pertes et la ville fut sauvée. Constantin IV dut aussi lutter contre l'ingérence bulgare dans les Balkans où les Byzantins furent finalement battus et durent abandonner la Mésie à leurs vainqueurs. Il régna seul les quatre dernières années de sa vie et laissa l'empire à Justinien II en 685.