Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Boutiques monnaies billets de cgb.fr
En stock
Recherche avancée

bry_388695 - CONFIANCE (MONNAIES DE...) Monneron de 2 sols à la Liberté 1791 Birmingham, Soho TTB

CONFIANCE (MONNAIES DE...) Monneron de 2 sols à la Liberté 1791 Birmingham, Soho TTB
Prix : 100.00 €
Quantité
Ajouter au panier
Ajouter au panier
Type : Monneron de 2 sols à la Liberté 
Date : 1791 
Nom de l'atelier/ville : Birmingham, Soho 
Métal : cuivre 
Diamètre : 32  mm
Axe des coins : 6  h.
Poids : 18,34  g.
Tranche : inscrite en creux .BON POUR BORD MARSEIL. LYON ROUEN. NANT ET STRASB. 
Degré de rareté : R1 
Commentaires sur l'état de conservation : Monnaie frappée sur un flan régulier ayant été argenté. Taches au droit et au revers. Beaux reliefs au revers et usure sur les motifs centraux de l’avers. Présence de rayures au droit 
Référence ouvrage : VG.233  - Maz.153  - Br.217  - Dr/Mer.62a 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : LIBERTE - SOUS LA LOI / à l'exergue L'AN III DE LA / LIBERTE .
Description avers : Liberté assise à gauche, appuyée sur la Déclaration des droits de l'Homme : DROITS / DE / L'HOMME / ARTIC. / V. Elle tient une pique surmontée d'un bonnet phrygien ; derrière un coq sur une colonne .
Titulature revers : MONNERON FRERES NEGOCIANS A PARIS. .
Description revers : en sept lignes : MEDAILLE / DE CONFIANCE / DE DEUX SOLS A / ECHANGER CONTRE / DES ASSIGNATS DE / 50L ET AU DESSUS / 1791 .
Variété avec 50L.

CONFIANCE (MONNAIES DE...)

(1791-1793)

Les Frères Monneron firent fabriquer en Angleterre par Matthew Boulton, grâce à la machine à vapeur de Watt, des pièces de 2 et 5 sols en grande quantité dans l'atelier de Soho à Birmingham, à partir de la fin de l'année 1791. Ces monnaies de nécessité auraient dû suppléer à la pénurie monétaire qui régnait en France et leur qualité technique et esthétique était bien supérieure aux médiocres productions officielles contemporaines en métaux vils.
En mars 1792, les Monneron firent faillite et Pierre s'enfuit. Son frère Augustin reprit l'affaire, mais une loi du 3 mai 1792 interdit la fabrication des monnaies privées. En septembre, un décret interdit la commercialisation des pièces de confiance. Ces monnaies de nécessité circulèrent en fait jusqu'à la fin de 1793.