Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

v09_0746 - ANASTASE II Solidus

ANASTASE II Solidus
MONNAIES 9 (2000)
Prix de départ : 1 143.37 €
Estimation : 1 829.39 €
Prix réalisé : 1 371.28 €
Type : Solidus 
Date 713-715 
Nom de l'atelier/ville : Constantinople 
Métal : or 
Diamètre : 19  mm
Axe des coins : 6  h.
Poids : 4,43  g.
Degré de rareté : R3 
Officine : 1re 
Emission : 2e 
Commentaires sur l'état de conservation : Pièce de qualité exceptionnelle avec un portrait expressif de haut relief / Parfaitement centré au revers avec de minuscules faiblesses de frappe sur la légende 
N° dans les ouvrages de référence :  -  -  -  - 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : dN ARTEMIVS - ANASTASIVS MYL .
Description avers : Buste diadémé, couronné d'Anastase II vêtu de la chlamyde de face, tenant un globe crucigère de la main droite et l'akakia de la main gauche .
Traduction avers : (Notre seigneur Artémius Anastase auguste) .
Titulature revers : VICTORIA - AVGYA .
Description revers : Croix potencée posée sur trois degrés .
Traduction revers : (La victoire de l'auguste) .
Pour Anastase II, il existe deux émissions différentes. La première, frappée seulement en 713 se distingue par la seule présence du nom d'Anastase au droit alors que la deuxième comporte aussi le titre d'Artémius. Constantinople a frappé des solidi pour les dix officines de l'atelier.

ANASTASE II

(3/06/713 - 08/715)

Philippicus fut renversé en juin 713 par une révolte militaire fomentée par les troupes du Thème Opsikion. Artémius, un fonctionnaire, fut choisi pour le remplacer le 3 juin 713. En souvenir d'Anastase, le fondateur de l'empire byzantin, un civil, Artémius prit le nom de son illustre prédécesseur et se l'adjoignit comme l'avait fait quatre siècles plutôt Dèce avec Trajan. Le nouvel empereur se montra à la hauteur de la tâche mais dut faire face immédiatement à une attaque par surprise des Musulmans devant les murs de Constantinople. Une nouvelle révolte de la faction militaire qui l'avait élu l'obligea à abdiquer à l'été 715, mais lui permit de se retirer dans un monastère à Thessalonique. Accusé d'avoir conspiré contre Léon III l'Isaurien, il fut décapité.

Articles connexes