+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

fjt_216372 - COMMUNE (LA) TROISIÈME RÉPUBLIQUE Souvenir du Siège de Paris 1871

COMMUNE (LA) TROISIÈME RÉPUBLIQUE Souvenir du Siège de Paris SUP
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet (2013)
Prix : 45.00 €
Type : Souvenir du Siège de Paris
Date : 1871
Métal : cuivre rouge
Diamètre : 36 mm
Axe des coins : 12 h.
Tranche : lisse
Poinçon : (abeille) CUIVRE
Degré de rareté : R1

Avers


Titulature avers : SOUVENIR DU SIEGE DE PARIS - A L'EXERGUE : 1870- 1871.
Description avers : La République brandissant une épée et tenant de sa main gauche un drapeau. Derrière elle des soldats.

Revers


Titulature revers : JETON DE PRESENCE EN TROIS LIGNES. GRAVÉ EN DESSOUS MANUSCRIT : ALINE THIBERVILLE. AU-DESSUS, , REPUBLIQUE FRANCAISE.

Commentaire


Nous avons aussi vu ce jeton avec au revers gravé Eugène Thiberville.

Historique


COMMUNE (LA) TROISIÈME RÉPUBLIQUE

(18/03/1871-28/05/1871)

Née du terrible hiver 1870/1871 et du siège prussien de la capitale, la Commune est la dernière révolution ouvrière. La capitale comptait de nombreux ouvriers apparus lors du développement économique du Second Empire. Pendant le siège prussien, la population réclame l'élection d'une Commune dès octobre 1870. Des tentatives insurrectionnelles ont lieu fin octobre puis en janvier 1871 tandis que l'opposition s'accroît entre la capitale et l'Assemblée nationale conservatrice élue en février et qui siège à Bordeaux. Le 1er mars, les Prussiens défilent dans Paris. Le 18, la Garde nationale se révolte et l'insurrection se répand dans Paris, un Conseil communal appelé Commune de Paris est élu tandis que le gouvernement Thiers évacue la capitale. En avril, les combats débutent entre les troupes régulières de Versailles et les 20 à 30.000 combattants de la Commune. Début mai, les troupes régulières de Mac-Mahon remportent de nombreuses victoires puis pénètrent dans Paris le 21 mai. Durant une semaine de violents combats, la "semaine sanglante", les forces de la Commune sont repoussées. La répression est impitoyable et estimée à environ 20.000 morts du côté de la Commune auxquels s'ajoutent environ 38.000 arrestations.

cgb.fr utilise des cookies pour vous garantir une meilleure expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Pour faire disparaître le bandeau, vous devez accepter ou refuser leur utilisation en cliquant sur les boutons correspondants.
En savoir plus

x
Would you like to visit our site in English? https://www.cgbfr.com