Your browser does not support JavaScript!
+ Filtres
Nouvelle Recherche
Filtres
En Stock Mot(s) exact(s) Titre uniquement
BoutiqueChargement...
Etat Chargement...
PrixChargement...
contenu

bry_478009 - CHARLES V LE SAGE Franc à pied n.d.

CHARLES V LE SAGE Franc à pied n.d.  TB+
650.00 €
Quantité
Ajouter au panierAjouter au panier
Type : Franc à pied
Date : 20/04/1365
Date : n.d.
Métal : or
Titre en millième : 1000 ‰
Diamètre : 28,5 mm
Axe des coins : 5 h.
Poids : 3,82 g.
Degré de rareté : R1
Commentaires sur l'état de conservation :
Monnaie frappée sur un flan irrégulier et voilé. Frappe décentrée. De beaux reliefs malgré des faiblesses de frappe. Aspect nettoyé
Référence ouvrage :
Pedigree :
Cet exemplaire provient de la collection Michel Favé

Avers


Titulature avers : .KAROLVSX DIX GR - FRANCORVX REX, (PONCTUATION PAR SAUTOIR).
Description avers : Charles V, couronné, debout sous un dais gothique accosté de lis, portant une cotte d'armes fleurdelisée par-dessus sa cotte de mailles, tenant une épée de la main droite (annelet à la garde) et la main de justice de la gauche.
Traduction avers : (Charles, par la grâce de Dieu, roi des Francs).

Revers


Titulature revers : + XPC* VINCIT* XPC* REGNAT* XPC* IHPERAT, (PONCTUATION PAR ROSE À CINQ PÉTALES).
Description revers : Croix tréflée avec quadrilobe anglé en cœur contenant un point, cantonnée aux 1 et 4 d’un lis, aux 2 et 3 d'une couronne, dans un quadrilobe anglé accosté de lis.
Traduction revers : (Le Christ vainc, le Christ règne, le Christ commande).

Commentaire


Variété avec annelet au pommeau de l’épée et point au centre de la croix du revers.

Historique


CHARLES V LE SAGE

(08/04/1364-16/09/1380)

Après les désastres de Philippe VI et de Jean II, le règne de Charles V est un bref moment de relèvement du royaume de France. Né à Vincennes en 1337, fils de Jean II le Bon et de Bonne de Luxembourg, duc de Normandie puis régent du royaume pendant la captivité de son père, Charles V monta sur le trône en 1364 avec déjà une longue expérience du gouvernement. Il dut mener la guerre sur plusieurs fronts. En Bretagne, le traité de Guérande (1365) reconnut la victoire du parti de Montfort. En Bourgogne, à l'extinction de la vieille dynastie capétienne, le duché passa au frère de Charles, Philippe le Hardi. Enfin, à Cocherel, en mars 1364, Du Guesclin défit les troupes de Charles de Navarre. Le même mois, Charles V était sacré à Reims. En mars 1365, le Navarrais fit sa paix avec le roi. Il fallut aussi lutter contre les grandes compagnies qui ravageaient le royaume. On en éloigna un certain nombre par l'expédition de Castille (1366-1367), où se continua la lutte franco-anglaise. Du Guesclin, fait prisonnier en avril 1367, tomba entre les mains du prince Noir, qui le libéra contre rançon l'année suivante. Cependant, les villes d'Aquitaine, écrasées d'impôts, se révoltaient contre le Prince Noir (1368). Le 30 novembre 1369, le roi de France décidait la confiscation du duché. Aussitôt, Edouard III reprit le titre de roi de France, abandonné en 1360. La reconquête française fut puissamment facilitée par le système fiscal que Charles avait mis en place durant la décennie précédente. La marine fut reconstituée et des raids lancés contre les ports anglais. Aux grandes chevauchées des capitaines anglais, les Français opposent des fortifications et l'établissement de garnisons. Connétable en 1370, Du Guesclin est mis à la tête d'une armée de métier qui remplace l'ost féodal. L'artillerie fait son apparition dans les sièges. Les trésoriers des guerres assurent le paiement régulier des troupes. En 1369, Louis d'Anjou reprit le Rouergue, le Quercy et une partie du Périgord et de l'Agenais. En 1370, le reste de ces provinces tombèrent aux mains des Français. La chevauchée de Robert Knolles dans le nord de la France demeura sans résultat, les troupes royales refusant le combat. En 1372, Poitiers et Saintes furent prises, Aunis et Angoumois furent annexés au domaine royal, le Poitou donné à Jean de Berry. En 1373, Édouard III chargeait son fils Jean de Lancastre d'une grande chevauchée de Calais à Bordeaux. Une trêve fut conclue en 1375. Le prince Noir mourut en 1376, Édouard III en 1377. Son successeur Richard II n'avait que douze ans. Il ne lui restait sur le continent que Bordeaux, Bayonne et Calais. La France sortait donc victorieuse de la confrontation : en janvier 1378, Charles V recevait en grande pompe à Paris l'empereur Charles IV de Luxembourg et son fils Wenceslas. Le royaume capétien était confirmé dans son statut de première puissance de l'Occident. Administrateur sage et prudent, Charles V réorganisa l'armée et l'administration des finances. Il établit fouages et aides, impôts de fait permanents qui furent instaurés pour contribuer à l'effort de guerre. L'armée royale était, elle aussi, devenue permanente, formée de compagnies aux capitaines nommés par le roi ; complétée par une artillerie à feu et une marine de guerre. Grand bâtisseur, il fit construire l'hôtel Saint-Pol, rebâtit le Louvre et le château de Vincennes. Prince lettré, il se constitua une superbe librairie et encouragea les savants. En 1373, Charles V avait porté la majorité royale à l'âge de treize ans.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale. Cliquez ici pour plus d’informations sur les cookies

x
Would you like to visit our site in English? www.cgbfr.com