Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

bpv_141625 - VESPASIEN Tétradrachme syro-phénicien B

VESPASIEN Tétradrachme syro-phénicien B
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 65.00 €
Type : Tétradrachme syro-phénicien 
Date : an 4 
Nom de l'atelier/ville : Antioche, Syrie, Séleucie et Piérie 
Métal : argent 
Diamètre : 27  mm
Axe des coins : 1  h.
Poids : 14,40  g.
Commentaires sur l'état de conservation : Légendes presque absentes, très forte usure de circulation. Portrait de très haut relief 
Référence ouvrage : Prieur 137 (24 ex)  - RPC.1973  - McAlee 359(a) 
Pedigree : Cet exemplaire est le 0137_022 de la base TSP, il provient de la trouvaille dite de Banias 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Description avers : Tête laurée de Vespasien à gauche, traces de draperies sur l’épaule, légende commençant à la troncature du buste (O*3) .
Légende avers : AUTOKRATWR OUESPASIANOS KAISAR SEBASTOS .
Traduction avers : (L'empereur Vespasien césar auguste) .
Description revers : Aigle debout à gauche, tête et queue à droite tenant un caducée dans son bec, une palme horizontale tournée à gauche à coté de lui, le tout posé sur un large autel enguirlandé et décoré, les bords relevés de petites sculptures .
Légende revers : ETOUS NEOU IEROU D .
Traduction revers : (année sainte, quatrième du règne) .
Nous suivons Richard McAlee dans sa distinction entre les gravures avec un grènetis au droit (RMACRA 359a) et celles avec des feuilles alternées de points (RMACRA 359b) et créons donc les références 137A et 137B. Malheureusement pour les pointages, les images des anciens catalogues ne sont pas toujours d’une parfaite netteté et il faudra attendre que ces exemplaires repassent en vente avec de meilleures photos pour terminer la répartition. Le problème des flans courts se pose aussi et ne peut être résolu que par des comparaisons de coins.
Le dixième groupe des frappes de Vespasien est une complète énigme, surtout pour son type de revers. En effet, celui-ci est sans équivalent sauf dans une rarissime émission de Caracalla pour Byblos (Prieur 1307), certainement sans aucun rapport.
La frappe de ce groupe se déroule dans les années 4 et 5 du règne, le graveur, d’une qualité exceptionnelle, n’est pas répertorié par ailleurs et sa technique de marquer au compas le cercle de la légende, laissant une marque visible, n’est pas connue sur d’autres pièces de la période.
Il ne s’agit pas d’une émission commémorative sans contenu économique, puisque le nombre d’exemplaires connus n’est pas négligeable. Il vient concurrencer le groupe 3, seul à encore frapper dans ces années tardives, sans que l’on comprenne - sauf pour une question de qualité esthétique (rappelons que le groupe 3 est de l’école dite d’Alexandrie, donc d’une gravure médiocre) pourquoi il apparaît. Il y a certainement un motif à ce type si extraordinaire, qui ne sera pas repris ultérieurement, mais l’Histoire semble en avoir - à notre connaissance - perdu le souvenir.
Dans la base TSP maintenue par Michel Prieur, cinquante exemplaires sont maintenant répertoriés.

VESPASIEN

(1/07/69-24/06/79) Titus Flavius Sabinus Vespasianus

Vespasien est né le 17 novembre 9 à Flacrines, près de Reate (en pays sabin). Il appartient à la bourgeoisie municipale italienne. Édile en 38, prêteur en 40, consul en 51, proconsul d'Afrique en 63, il commande avec Claude l'expédition de Bretagne. Néron lui confie trois légions et un imperium proconsulaire pour écraser la révolte de Judée en 66. Il est proclamé auguste le 1er juillet 69 à Alexandrie et ses fils, Titus et Domitien, sont promus césars. Vitellius est éliminé le 20 décembre 69. Titus est associé directement au gouvernement par son père dès 71. Son règne est consacré à la restauration politique et économique de Rome. En 73, il revêt la censure. Il meurt à Reate le 24 juin 79.