Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

v46_0835 - VATICAN - ÉTATS PONTIFICAUX - PIE VII (Luigi Barnaba Chiaramonti) Doppia en or 1803-1804 Rome TTB

VATICAN - ÉTATS PONTIFICAUX - PIE VII (Luigi Barnaba Chiaramonti) Doppia en or 1803-1804 Rome TTB
MONNAIES 46 (2010)
Prix de départ : 450.00 €
Estimation : 700.00 €
Prix réalisé : 531.00 €
Nombres d'offres : 4
Offre maximum : 800.00 €
Type : Doppia en or 
Date : (An IV) 
Nom de l'atelier/ville : Rome 
Quantité frappée : --- 
Métal : or 
Diamètre : 23,17  mm
Axe des coins : 12  h.
Poids : 5,49  g.
Tranche : en frise de volutes 
Degré de rareté : R1 
Commentaires sur l'état de conservation : Flan légèrement voilé au droit. Des petites hairlines dans les champs. La monnaie est légèrement décentrée. Bel exemplaire peu usé avec une faiblesse de frappe sur le visage de saint Pierre. Exemplaire très agréable avec de beaux restes du brillant d’origine 
Référence ouvrage : Mont.16 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : PIVS VII PON. M. A. IV .
Description avers : Armes de Pie VII surmontées de la tiare pontificale et des clefs de saint Pierre .
Traduction avers : (Pie VII, souverain pontife quatrième année de règne) .
Titulature revers : APOSTOLOR - PRINCEPS .
Description revers : Saint Pierre nimbé trônant en majesté dans les nuées, la main droite levée, une clé dans la main gauche, une clé à ses pieds ; à l'exergue armes du cardinal Antonio Lante .
Traduction revers : (Prince des apôtres) .

VATICAN - ÉTATS PONTIFICAUX - PIE VII (Luigi Barnaba Chiaramonti)

Né le 14 août 1742 à Cesena (Romagne), Luigi Barnaba Chiaramonti est d'abord moine bénédictin avant de se faire élire pape le 14 mars 1800, trois mois avant la bataille de Marengo (14 juin 1800) qui voit la France prendre à l'Autriche le nord de l'Italie. Il prend le nom de Pie VII. Au lendemain de la bataille de Marengo, Bonaparte décide de reconnaître le nouveau pape et de restaurer les États Pontificaux dans les limites du traité de Tolentino. En entrant à Rome où il est accueilli chaleureusement par la population de la ville le 3 juillet 1800, Pie VII, qui craint de nouvelles invasions, décrète la neutralité des États Pontificaux aussi bien vis-à-vis de l’Italie napoléonienne dans le Nord que du Royaume de Naples dans le Sud. Pour remédier à l'instabilité suscitée par les guerres révolutionnaires, il décide de s'entourer de prélats réformateurs et de former quatre congrégations cardinalices pour examiner la réforme de l'État. Les principales réformes sont contenues dans la bulle Post diuturnas du 30 octobre 1800 comme, en particulier, l'entrée de fonctionnaires laïques dans l'administration pontificale, la liberté du commerce pour les denrées alimentaires est autorisée. Une réforme monétaire tente, en 1801, de limiter l'inflation et une réforme fiscale fond 32 impôts et taxes en une taille personnelle et réelle, la dativa. Le 15 juillet, la France reconnaît officiellement le catholicisme comme la religion de la majorité de ses citoyens (mais non comme une religion d’État). Par le concordat de 1801, ratifié par le pape le 14 août 1801, l’Église reçoit un statut de liberté lié à la Constitution Gallicane du clergé. Le Concordat reconnaît aussi les États de l’Église et restitue ce qui avait été confisqué ou vendu pendant leur occupation. La restauration des États Pontificaux est officialisée par le traité de Lunéville. Le pape accepte de se rendre à Paris le 2 décembre 1804 pour sacrer Napoléon Bonaparte Empereur des Français à Notre-Dame de Paris. Il meurt à Rome le 20 août 1823.

Articles connexes