Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

bby_210908 - TIBÈRE III APSIMAR Solidus

TIBÈRE III APSIMAR Solidus
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 1 500.00 €
Type : Solidus 
Date 698-705 
Nom de l'atelier/ville : Constantinople 
Métal : or 
Titre en millième : 1000  ‰
Diamètre : 20  mm
Axe des coins : 6  h.
Poids : 4,49  g.
Degré de rareté : R2 
Officine : 1re 
Commentaires sur l'état de conservation : Exemplaire de qualité exceptionnelle pour ce type monétaire sur un flan légèrement ovale, bien centré des deux côtés. Portrait fantastique. Revers de toute beauté. Conserve l’intégralité de son brillant de frappe et de son coupant d’origine 
N° dans les ouvrages de référence :  -  -  -  - 
Pedigree : Cet exemplaire provient de la vente Gorny 42, 11 octobre 1988, n° 920 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : D tIbERI-YS PE - AV .
Description avers : Buste couronné et cuirassé de face de Tibère III, tenant une haste de la main droite et un bouclier orné d'un cavalier de la main gauche .
Traduction avers : “Dominus Tiberius Perpetuus Augustus”, (Seigneur Tibère perpétuel auguste) .
Titulature revers : VICTORIA - AVGYA/ -|-// CONOB .
Description revers : Croix potencée posée sur trois degrés .
Traduction revers : “Victoria Augusti”, (La Victoire de l’auguste) .
Portrait fantastique avec tous le détails du vêtement visibles. La cuirasse est richement ornementée. Ce type semble plus rare que ne le laissent supposer les ouvrages généraux
Il n’ y a qu’un type de solidus pour Tibère III Apsimar à Constantinople. Toutes les officines ont frappé (A à I).

TIBÈRE III ASPIMAR

(fin 698-été 705)

Tibère III se révolta contre Léonce (695-698), qu'il renversa, mais n'arriva pas à juguler la percée musulmane en Afrique. Il dut faire face au turbulent Justinien II qui s'était échappé de Cherson pour se réfugier chez les Khazars, puis chez les Bulgares. En 705, à la tête d'une armée barbare, Justinien II reprit Constantinople. Il s'empressa de se venger de Léonce et de Tibère III qu'il fit mutiler avant de les exécuter.