Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

E-auction 17-4779 - Pièces d'or modernes 2003 CUZIN M.

Pièces d or modernes 2003 CUZIN M.
Vous devez être connecté et approuvé par cgb.fr pour participer à une "e-auction/live-auction" de cgb.fr, . Les validations de compte sont effectuées dans les 48 heures qui suivent votre enregistrement, n'attendez pas les deux derniers jours avant la clôture d'une vente pour procéder à votre enregistrement.En cliquant sur "MISER", vous acceptez sans réserve les conditions générales des ventes privées des e-auctions de cgb.fr et les conditions générales des ventes privées des live auctions de cgb.fr. La vente sera clôturée à l'heure indiquée sur la fiche descriptive, toute offre reçue après l'heure de clôture ne sera pas validée. Veuillez noter que les délais de transmission de votre offre à nos serveurs peuvent varier et qu'il peut en résulter un rejet de votre offre si elle est expédiée dans les toutes dernières secondes de la vente. Les offres doivent être effectuées avec des nombres entiers, vous ne pouvez saisir de , ou de . dans votre offre. Pour toute question cliquez ici pour consulter la FAQ des e-auctions.

PAS DE FRAIS ACHETEUR.
Estimation : 35 €
Prix : 7 €
Offre maximum : 15 €
Date de fin de la vente : 12 août 2013 17:41:30
participants : 3 participants
Auteur : CUZIN M. 
Editeur : Michel Cuzin Editions 
Etat du livre : Livre d'occasion en bon état de conservation. La couverture est usée. 
Langue : français 
Caractéristiques : Boulogne-Billancourt, 2003, broché, (14,5 x 20,5cm), 262 p. 
Poids : 440  g.
Commentaire
Article
Le but de ce livre est d'aider le collectionneur à déterminer le prix de monnaies d'or modernes françaises de l'an XI à 1936.
A cette fin, il a compilé les résultats des ventes publiques tenues en France et les résultats des ventes sur offre de CGF sur une période allant de 1998 à 2002.
Un véritable état de ce marché. Épuisé.
Pièces d'or modernes 2003 ; Michel Cuzin, Éditions Michel Cuzin, 2003, 262 pages, sans illustrations, 14 x20,5 cm , 25 €, en vente dans toutes les bonnes librairies numismatiques dont CGF, 36, rue Vivienne,
75002 Paris, et sur internet à http://www.cgb.fr/boutique/librairie.html .

Tout d'abord un compliment, inusuel de la part d'un éditeur : enfin un auteur qui a compris, comme le Docteur Kolsky, que l'on pouvait composer son propre livre sur n'importe quel micro-ordinateur puis
l'éditer soi-même, à compte d'auteur, garantissant ainsi au lecteur la totale indépendance de rédaction. Loin de moi l'idée que, si nous avions édité ce livre, nous y aurions apporté quelque modification à
notre avantage - ce genre de mesquineries n'est pas le genre de la Maison - mais il y aurait certainement eu des esprits chagrins pour l'imaginer. Grâce à l'édition à compte d'auteur, le lecteur peut être certain qu'il lit du Michel Cuzin à 100%.

Le but de ce livre est de présenter au lecteur les caractéristiques et prix de vente de toutes les monnaies d'or françaises (An XI / 1936) passées en ventes publiques ou sur offres sur les quatre dernières années. Bien entendu, ne sont présentées d'une manière exhaustive que les monnaies rares, les commentaires d'état de conservation sont ceux des catalogues et les prix d'adjudication des ventes publiques sont complétés par les frais de ce type de vente.

Le moins que l'on puisse dire est qu'il serait regrettable pour un collectionneur de monnaies d'or françaises de ne pas lire et méditer les 261 pages de résultats que représente cette compilation. On peut même dire que l'on ne peut pas s'intéresser sérieusement au sujet et ne pas lire ce livre. voire dire que ce livre devrait donner des idées à d'autres auteurs, sur les écus de cinq francs par exemple.

Car loin de fournir des cotes, ce livre donne le reflet réel du marché avec ses incohérences et ses foucades, toutes choses dont il faut tenir compte dans les achats réels.

Même les défauts inhérents à ce type d'ouvrage - l'incohérence des évaluations d'état de conservation et les conditions de vente différentes - apportent des informations.

Exemple : lorsqu'une même pièce, décrite comme TTB dans les trois cas, réalise 200 ? dans une vente quelconque, 400 dans l'une de nos ventes sur offres et 600 chez un grand marchand parisien bien connu pour son
goût de la qualité, on peut légitimement se demander si TTB veut bien dire la même chose pour tout le monde ?
Nous avons toujours été conscients de la fragilité et de l'insuffisance des états habituels, TB, TTB, SUP. et si nous avons créé la notation en chiffres, c'est bien pour permettre au collectionneur de mieux savoir à quoi s'attendre. Cela transparaît d'ailleurs dans les relevés de Michel Cuzin ou l'on voit clairement que le marché paye très différemment un TTB 40 et un TTB 54.
Conclusion : puisque CGF est la seule avec Jean Vinchon à offrir sur internet des photos couleur grand format, consultables de chez vous, surtout, allez voir les pièces vous-mêmes avant de miser ailleurs.

Autre exemple concernant la disparité des conditions de vente : une vente est citée profusément dans l'ouvrage, certainement la dispersion d'une collection exceptionnelle, et au vu des prix qui y ont été atteints, on se prend à regretter de ne pas y avoir acheté . ce fut un massacre et l'on doit espérer que le collectionneur n'était plus là pour assister à ce bazardage. Entre une vente publique à Paris ou une vente sur offres diffusées à 3.000 exemplaires plus les visites sur internet (14.500 visiteurs sur MONNAIES XVIII avant la clôture) et une vente en Province.. les résultats ne sont pas les mêmes. Donc, si vous habitez la Province et voyez une vente se préparer près de chez vous : allez-y voir ! On ne sait jamais !

Mis à part l'illustration de ces deux leçons, les utilisations qu'un collectionneur peut faire du livre de Michel Cuzin sont nombreuses :
Lorsque vous négociez à l'amiable l'acquisition d'une monnaie d'or, ce livre vous donne des exemples de prix atteints qui, judicieusement choisis, vous donneront les arguments pour faire baisser les exigences de votre marchand. Bien entendu, s'il a lui aussi fait l'acquisition du livre de Michel Cuzin, il pourra vous rétorquer les prix records pour la même monnaie mais cela vaut la peine d'essayer : 25 euros d'investissement pour faire peut-être baisser un prix de 200 euros ou plus.. Il n'y a pas de petites économies..
L'utilité essentielle de " PIÈCES D'OR MODERNES " est de vous donner, comme les cotes du FRANC V, une idée précise de la disponibilité, millésime par millésime : chaque pointage sérieux montre que les quantités fabriquées selon les archives, si elles se reflètent le plus souvent dans les quantités disponibles sur le marché, sont très loin d'être toujours exactes.
Nous répétons toujours à nos acheteurs que l'important, dans une collection spécialisée, est d'acheter d'abord ce que l'on voit rarement passer. Un exemple ? 40 francs 1816 Lille (3.186 exemplaires selon les archives) : trois exemplaires signalés mais trois exemplaires signalés également pour la 40 francs 1816 B (755 exemplaires selon les archives). Si c'est une coïncidence, le POM de Michel Cuzin en est rempli.. Et les prix n'étant pas identiques, mieux
vaut acheter le Lille d'abord.

Denier point important, les états de conservation. On ne peut qu'être ahuri, à feuilleter ce livre, de constater la pauvreté des monnaies d'or françaises en exemplaires SUP et au-dessus. Les visiteurs de la Collection Idéale ont déjà fait cette constatation, encore plus écrasante ici. En effet, la présentation de listes sur papier donne des pages et des pages de TB et TTB avec un SUP de ci de là : non seulement ces monnaies sont intrinsèquement souvent rares mais les états exceptionnels commencent déjà à SUP.

Quelques remarques personnelles d'auteur de catalogue. Le POM indique très clairement les séries complètement abandonnées des collectionneurs : ce sont celles où le nombre d'invendus est le plus grand, preuve que l'évaluation des vendeurs - habitués à juger des raretés relatives - ne rejoint pas celle des collectionneurs. Les séries en question sont d'ailleurs confirmées par les résultats de nos ventes où les pièces de ces séries reçoivent péniblement un ou deux ordres quand d'autres séries n'ont jamais moins de cinq ordres par pièce. Bien entendu, à choisir, acheter dans les séries " hors mode " : les modes ne sont jamais éternelles, les raretés, si. On ne peut que déplorer que le principe même de la vente aux enchères interdise de savoir quel était l'ordre maximum du vainqueur, ce que permet la vente sur offres et que nous publions avec les prix réalisés. En effet, une pièce vendue 400 sur un ordre maximum à 1000 n'est pas du même calibre qu'une pièce vendue à 400 sur un maximum à 440. Ces informations ne sont donc pas reprises dans le POM puisqu'elles ne pourraient être incluses que pour les VSO.
Dernier point, l'incohérence des prix. Nous constatons régulièrement dans nos ventes que la présence ou l'absence d'un deuxième compétiteur acharné sur une monnaie peut doubler ou diviser par deux le prix d'une monnaie, l'entraînant bien au-delà ou en deçà de sa cote. La pratique du budget et des ordres nombreux permettant d'attraper ce qui " tombe " est donc extrêmement utile, dommage simplement qu'elle ne puisse s'appliquer qu'en VSO.
L'existence même du POM montre que nous avançons enfin en France vers une numismatique plus sérieuse où le collectionneur se renseigne au lieu de se livrer âme et portefeuille aux " conseils " d'un " expert ". C'est un signe de maturité. On ne peut que s'en réjouir pour tous les collectionneurs qui vont pouvoir compléter leur connaissance du marché grâce à cet ouvrage.


Michel Prieur


.
Articles connexes