Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

v55_0500 - MICHEL Ier et THÉOPHYLACTUS Follis

MICHEL Ier et THÉOPHYLACTUS Follis
MONNAIES 55 (2012)
Prix de départ : 280.00 €
Estimation : 450.00 €
lot invendu
Type : Follis 
Date 811-813 
Nom de l'atelier/ville : Constantinople 
Métal : cuivre 
Diamètre : 21  mm
Axe des coins : 6  h.
Poids : 4,30  g.
Degré de rareté : R2 
Commentaires sur l'état de conservation : Exemplaire sur un petit flan irrégulier et ovale, bien centré des deux côtés avec les grènetis visibles. Beaux portraits avec une usure régulière. Très joli revers. Patine vert foncé 
N° dans les ouvrages de référence :  -  -  -  -  - 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Description avers : Bustes de face de Michel Ier à gauche et de Théophylactus à droite, couronnés, Michel porte la chlamyde et Théophylactus le loros .
Légende avers : MIC-HL - S QEOF .
Traduction avers : (Michel et Théophile) .
Description revers : Grande M surmonté d'une croisette et accostée de trois X et de trois N .
Légende revers : A .
Poids léger. Ce type dans la plupart des ouvrages est attribué à Michel II et Théophile. Il faut le restituer à Michel Ier et Théophylactus. C’est la taille du flan et la lettre A sous le M qui permettent cette réattribution
Les folles pour Michel pour l’atelier de Constantinople sont frappés sur des flans larges et minces. Au revers, les lettres accostant la valeur sont stylisées et n’ont plus aucune signification, elles appartiennent au décor.

MICHEL Ier et THÉOPHYLACTUS

(25/12/811-11/07/813)

Michel Ier Rhangbe succéda à Stauracius, son beau-frère le 2 octobre 811, blessé avec son père Nicéphore Ier le 25 juillet 811 en luttant contre Krum, tsar des Bulgares. Michel Ier se trouva incapable de rétablir une situation désastreuse après la mort de son beau-père, le premier empereur à tomber face aux ennemis depuis Valens en 378. Il est obligé de reconnaître l'élévation de Charlemagne en 812. Il est finalement déposé après une nouvelle défaite face aux Bulgares.

Articles connexes