Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Boutiques monnaies billets de cgb.fr
En stock
Recherche avancée

bby_387888 - MAURICE TIBÈRE Follis

MAURICE TIBÈRE Follis
Prix : 75.00 €
Quantité
Ajouter au panier
Ajouter au panier
Type : Follis 
Date an 2 
Nom de l'atelier/ville : Theoupolis (Antioche) 
Métal : cuivre 
Diamètre : 29,5  mm
Axe des coins : 6  h.
Poids : 12,82  g.
Commentaires sur l'état de conservation : Exemplaire sur un flan large et irrégulier à l’usure très importante, lisible et identifaible. Patine marron foncé granuleuse 
N° dans les ouvrages de référence :  -  -  -  -  -  - 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : [...] - TAIT APP V (légende corrompue) .
Description avers : Buste consulaire diadémé avec pendilia de Maurice Tibère de face tenant la mappa de la main droite et le scipio de la main gauche .
Titulature revers : A/N/N/O -II// THEUP’ .
Description revers : Grande M onciale surmontée d'une croisette .
Traduction revers : (An 2/ Theoupolis) .
Usure très importante
Antioche fut presque totalement détruit par un incendie qui ravagea la cité le 29 novembre 528, au début du règne de Justinien Ier. La ville fut reconstruite sous le nom de Théoupolis (La ville de Dieu). L’atelier d’Antioche fonctionna entre 512 et 610. Précedemment,ce type de follis était attribué à Tibère II Constantin (578-582). Pour le règne de Maurice Tibère à Antioche, nous avons deux grands types de folles, le premier avec le M oncial frappé de l’an 1 à l‘an 9 (582 à 591) et le second avec le M normal, fabriqué de l’an 8 à l’an 20 (590 à 602). Notre exemplaire appartient bien à la première émission. Les folles ne portent pas de marque d’officine.

MAURICE TIBÈRE

(13/08/582-22/11/602)

Maurice succéda à son beau-père Tibère II. Après de grandes victoires sur les Sassanides, il essuya de nombreux revers dans les Balkans et ne put empêcher l'installation des Slaves et des Avars. Un complot militaire le renversa en 602. Il fut assassiné alors qu'il essayait de se réfugier auprès de Chosroès II.