Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

bby_319885 - MAURICE TIBÈRE Follis

MAURICE TIBÈRE Follis
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 175.00 €
Type : Follis 
Date an 9 
Nom de l'atelier/ville : Constantinople 
Métal : cuivre 
Diamètre : 32,5  mm
Axe des coins : 7  h.
Poids : 12,16  g.
Degré de rareté : R1 
Commentaires sur l'état de conservation : Exemplaire sur un grand flan large et ovale, parfaitement centré avec les grènetis complets. Très beau portait de Maurice Tibère. Revers bien venu à la frappe. Jolie patine vert foncé 
N° dans les ouvrages de référence :  -  -  -  -  -  - 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : DN mAURIC - TIbER PP AV .
Description avers : Buste casqué, diadémé avec pendilia, drapé et cuirassé de Maurice Tibère de face, tenant le globe crucigère de la main droite et le bouclier orné de la main gauche .
Traduction avers : “Dominus Noster Mauricius Tiberius Perpetuus augustus ”, (Notre seigneur Maurice Tibère perpétuel auguste) .
Titulature revers : A/N/N/O - GI/II// a .
Description revers : M surmonté d'une croisette .
Traduction revers : (an 9) .
Poids léger. Au droit, nous avons deux types d’ornementation sur le diadème, une croix ou trèfle trifolié et deux types de bustes bien différents, le premier grossier et le second fin. Notre exemplaire appartient au premier groupe. Ce type semble plus rare que ne le laissent supposer les ouvrages généraux
Ce type de follis a été frappé de l’an 3 à l’an 16, mais il existe au moins cinq variétés différentes pour l’atelier de Constantinople. Notre exemplaire est daté de l’an 9 (598/599). Pour cette année toutes les années sont connues.

MAURICE TIBÈRE

(13/08/582-22/11/602)

Maurice succéda à son beau-père Tibère II. Après de grandes victoires sur les Sassanides, il essuya de nombreux revers dans les Balkans et ne put empêcher l'installation des Slaves et des Avars. Un complot militaire le renversa en 602. Il fut assassiné alors qu'il essayait de se réfugier auprès de Chosroès II.