Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

Locc8976 - Les Séleucides et les Ptolémées : l'héritage monétaire et financier d'Alexandre le Grand LE RIDER G., DE CALLATAY F.

Les Séleucides et les Ptolémées : l héritage monétaire et financier d Alexandre le Grand  LE RIDER G., DE CALLATAY F.
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 20.00 €
Auteur : LE RIDER G., DE CALLATAY F. 
Editeur : Editions du Rocher 
Etat du livre : Livre d'occasion en très bon état, la couverture est légèrement abîmée au niveau du haut de la tranche 
Langue : français 
Caractéristiques : Paris, 2006, broché, (15 x 24cm), 296p. + X pl 
Poids : 515  g.
Lisibilité :
Illustrations :
Technicité :
Importance :
Commentaire
Article
Après Alexandre le Grand, deux grandes dynasties se partagèrent les territoires récemment conquis : celle des Séleucides, qui régna en Orient, et celle des Ptolémées, centrée sur l'Egypte. Les nouveaux souverains eurent à consolider leur puissance et, pour cela, durent amasser une fortune telle que leur gloire resplendît et que les dépenses nécessaires à la protection de leurs royaumes fussent possibles à tout moment. Dans le dispositif qui fut élaboré pour drainer les revenus et enrichir le trésor royal, le rôle de la monnaie numéraire ne fut pas sans importance. Les deux auteurs ont montré que chacune des deux dynasties a suivi un modèle monétaire différent, qu'elle a perfectionné et qui apparemment s'est révélé efficace. Les répercussions de ces choix n'ont pas été sans effets sur l'ensemble du commerce et de la vie économique du monde méditerranéen. Il ne faudrait pas croire cependant que les Séleucides et les Ptolémées ont monétarisé très profondément leurs royaumes. Le voulaient-ils ? Le pouvaient-ils ? D'autres moyens d'échange existaient et les rois avaient probablement intérêt à ne pas les abolir. Il fallait compter avec les habitudes d'une époque qui n'avait pas encore conçu l'idée exposée plus tard par Adam Smith que le développement de la monétarisation était source de progrès et donc de bonheur.
Georges Le Rider est membre de l'Institut de France (Académie des inscriptions et belles-lettres) et professeur honoraire au Collège de France et à l'École pratique des hautes études (IV~ section). Il a notamment publié " La Naissance de la monnaie : pratiques monétaires de l'Orient ancien " (PUF, 2001) et " Alexandre le Grand. Monnaie, finance et politique " (PUF, 2003). François de Callatay est membre de l'Académie royale de Belgique (classe des lettres). Il est directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IV section) et responsable des cabinets muséologiques de la Bibliothèque royale de Belgique. .

Articles connexes