Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

LP13 - Les paysans gaulois MALRAINS François, MATTERNE Véronique, MÉNIEL Patrice

Les paysans gaulois MALRAINS François, MATTERNE Véronique, MÉNIEL Patrice
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 26.00 €
Auteur : MALRAINS François, MATTERNE Véronique, MÉNIEL Patrice 
Editeur : errance 
Langue : français 
Caractéristiques : Paris 2002, broché, 16x24, 236 pages, illustré, glossaire, liste des sites étudiés, importante bibliographie, 
Poids : 560  g.
Lisibilité :
Illustrations :
Technicité :
Importance :
Commentaire
Article
Cette étude précise fondée sur les dernières recherches et les techniques les plus modernes nous offre une vision nouvelle et réelle du quotidien et de tous les aspects du monde paysan gaulois.
Nombre d'idées reçues passent à la trappe, peu de restes de sangliers dans les banquets, en revanche on constate qu'ils mangeaient du chien (!), une ingéniosité de tous les instants et dans les moindres détails, beaucoup plus que des rixes, beuveries ou pillages..
LES PAYSANS GAULOIS

Les paysans gaulois, (IIIe siècle - 52 av. J.-C.), ouvrage collectif de F. Malrain, V. Matterne et P. Méniel, Collections des Hespérides, Éditions Errance, Paris 2002, 236 pages, illustré, glossaire, liste des sites étudiés, importante bibliographie.16x24, 26 euros (170 francs). Disponible dans toutes les bonnes librairies spécialisées et chez CGF, 36, rue Vivienne, 75002 Paris, http://www.cgb.fr/librairie/index.html .

Parmi nous, lecteurs de Numismatique et Change, il n'y a presque exclusivement que des descendants, au moins partiellement, de paysans gaulois. Et c'est la raison pour laquelle ce livre, qui ne fait pratiquement pas référence à la Monnaie, a sa place dans notre journal.
C'est aussi parce que nous ne pouvons pas nous désintéresser de la terre de nos ancêtres : ce sont nos ancêtres et c'est là que se trouvèrent, un jour, les monnaies aujourd'hui dans nos collections.
Ce livre est important à plus d'un titre.
D'abord parce qu'il est remarquablement bien fait et illustré, qu'il explique simplement les principes d'une série de disciplines rares qui sont utilisées pour révéler ce que le sol " a dans le ventre ". La palynologie, l'étude des pollens végétaux déposés dans les sédiments et qui permet de reconstituer, couche par couche, la végétation d'une époque donnée. L'analyse des photographies aériennes qui permet de distinguer, sur une surface apparemment vide, les formes des maisons, champs, fossés, routes qui s'y trouvèrent. La carpologie qui est l'étude des restes de fruits et de graines retrouvés dans les sédiments et qui aident à connaître non seulement la végétation mais surtout la consommation humaine de l'époque étudiée. La phytosociologie qui étudie les associations des plantes retrouvées entre elles et permet de déterminer quelle a été l'intervention de l'homme sur ce milieu naturel, donc le type d'agriculture pratiquée.
Ensuite parce que les résultats de ces recherches scientifiques sont présentés clairement et agréablement, bien illustrés et aussi impressionnants qu'émouvants.
Pages après pages, on voit réapparaître les champs, les maisons, les animaux, les cultures, le paysage, et même les machines agricoles (les Gaulois avaient des moissonneuses !).
On se rend surtout compte que les plus humbles de nos ancêtres avaient du génie. Les traces que l'on retrouve sont, pour peu que les fouilles soient faites dans les règles de l'Art, incroyablement variées, précises et émouvantes. Des graines retrouvées dans des sites agricoles, le fond d'un puit réalisé avec un entrecroisement de branches, toutes conservées depuis des millénaires à l'abri des bactéries dans l'eau, l'emplacement de poteaux de soutènement dont la trace s'est conservée dans la terre, une sépulture de cheval, des restes de banquets pantagruéliques, chaque page fait revivre un détail de la vie quotidienne de nos ancêtres, avant la colonisation romaine.
Nombre d'idées reçues passent à la trappe, peu de restes de sangliers dans les banquets, en revanche on constate qu'ils mangeaient du chien ( !), une ingéniosité de tous les instants et dans les moindres détails, beaucoup plus que des rixes, beuveries ou pillages.
Ce livre est à acheter et à lire non seulement car il met des hommes vivants à coté de nos monnaies mais aussi parce qu'il montre à quel point il faut être aussi respectueux que possible de la Terre. Notre pays, dont certains semblent aujourd'hui croire qu'il s'est fait sans efforts et que nous sommes des " privilégiés "…. est en réalité depuis des millénaires façonné, humanisé, construit, mètre par mètre, à la sueur de nos ancêtres, les paysans gaulois qui ont forgé cette terre où nous marchons aujourd'hui. Plus prosaïquement, ce livre rappelle aussi en montrant l'Information passionnante qui y dort qu'il ne faut pas remuer un sol sans raisons vraiment valables : iriez-vous déchirer et mélanger les pages d'un livre ?

Michel Prieur.
Articles connexes