Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

LA29 - Les animaux et la monnaie grecque DEMEESTER Anne, DAUBERSY Anne

Les animaux et la monnaie grecque DEMEESTER Anne, DAUBERSY Anne
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 60.00 €
Auteur : DEMEESTER Anne, DAUBERSY Anne 
Editeur : ARNUMIS (Anne Demeester) 
Langue : français 
Caractéristiques : Bruxelles 2002, 24x25, relié, 96 pages dont 70 planches 
Poids : 920  g.
Commentaire
Article
La numismatique grecque par le petit trou grâce à de magnifiques monnaies divisionnaires : un bestiaire !
Ce n'est pas seulement un livre d'images, de nombreuses références aux auteurs grecs anciens, en particulier Ésope, viennent enrichir cet ouvrage..
Anne Demeester et Bernard Daubersy, Les Animaux et la Monnaie grecque. Figures d'un art millénaire. Une collection privée de petites monnaies grecques en argent à thème animalier, Bruxelles 2002, format 25x24 cm, reliure cartonnée et jaquette couleurs, VI + 70 planches et 95 pages. Prix 60 euros.

Quand j'ai reçu cet ouvrage dont j'avais aperçu la publicité dans le Numismatique et Change du mois de décembre, je suis resté dubitatif. L'aspect du livre était au premier abord luxueux et rappelait les productions de Numismatic Fine Arts dans les années 90 et plus près de nous les prestigieux catalogues de la firme Tradart de Bruxelles, catalogues et pièces, malheureusement réservés à une élite fortunée, mais toujours bien documentés. La collection privée qui avait servi de support à l'ouvrage ne contient que 156 monnaies dont la plus grosse ne dépassait le didrachme d'étalon éginétique pour Larissa et la plus petite, une divisionnaire pour Ségeste en Sicile devant correspondre à un tetartemorion d'étalon attique, monnaies tellement petites que les commerçantes athéniennes devaient les placer sous leur langue pour essayer de ne pas les perdre, au risque de les avaler. J'ai alors pensé : " quelle dépense inutile que de réaliser un tel ouvrage, réservé à une aristocratie numismatique ! ".
Puis j'ai ouvert l'ouvrage et j'ai changé d'avis. Au fil des pages, devant les photographies de Bernard Daubersy, agrandissements couleurs ou noir et blanc accompagnant les textes d'Anne Demeester, j'ai découvert une véritable œuvre d'art où tout n'est " qu'ordre, luxe, calme et volupté ". Et je me suis moi-même alangui sur le livre en me laissant porter par cette beauté, exposée pour nous, musique intérieure qui vous apporte la sérénité et vous réconcilierait avec la numismatique grecque si vous aviez jamais été fâché avec elle. Il m'est très difficile de rendre compte de cet ouvrage car il provoque avant tout des émotions. Chaque planche est une contemplation, la rêverie d'un promeneur solitaire, et doit être regardée, admirée, contemplée comme un tableau, une œuvre d'art dont le diamètre est compris entre 5 et 25 millimètres. Rien à voir avec nos monnaies divisionnaires en euros, même grecs.
Ce musée, au sens grec du terme, ne sera jamais complet, mais chaque pièce qui le compose en fait une œuvre unique qui se justifie à elle seule. La patiente accumulation des cent cinquante six objets par le collectionneur rend sa quête indissociable d'une recherche d'infini, somme à la fois terminée et à jamais incomplète. Ouvrage d'historien, de numismate et d'artiste, il est aussi le signe d'un esthète qui n'a pas reculé devant la difficulté en choisissant les plus petites des dénominations monétaires grecques pour réaliser son rêve, un bestiaire à taille humaine, un zoo archéologique, une réserve intouchable où seul l'œil peut venir caresser ces crinières de lion, toucher ces écailles de tortues, admirer dans la plénitude de la vie, la course du lièvre ou celle du cheval. C'est un musée qui n'est pas figé, mais vivant et qui déroule à nos pieds vingt-cinq siècles d'existence, réconciliant ainsi l'Homme et la nature et qui l'entoure. C'est aussi une véritable bande dessinée qui se déroule devant nous, intemporelle, qui ne nécessite aucun dictionnaire, aucun ouvrage pour la comprendre, la décrypter. Seul l'imaginaire vagabonde du levant vers le couchant, des plaines du croissant fertile aux colonnes d'Hercule, et nous laisse le plaisir de découvrir à nos pieds ces vibrants témoignages de la vie de la nature, il y a vingt-cinq. Cet Éloge, ce florilège devrait nous amener à réfléchir sur la condition humaine et la notion d'éternité.

Venons-en au compte-rendu lui-même. La qualité technique, le choix du papier, de la couverture, des photographies sont irréprochables et démontrent que le goût n'est pas seulement dans le choix des monnaies, mais doit se conjuguer avec l'art de mettre en valeur les objets que l'on aime ; mission parfaitement réussie sur ce plan. L'ouvrage est divisé en deux grandes parties. La première consacrée aux " Planches ", terme impropre car il dépasse largement ce cadre. L'illustration se conjugue avec des textes qui viennent éclairer les images. Le Catalogue prend ensuite une forme plus traditionnelle qui pourrait ressembler à la description de nos catalogues de ventes sur offres, MONNAIES.

L'introduction d'Anne Demeester (p. V) est précédé d'un avant-propos (p. III) qui est la justification de l'existence de ce livre. A chaque page répond une planche d'agrandissement couleur, du triobole de Pharsale pour la page II et du serpent accostant la rose d'une drachme plintophore du IIe siècle avant J.-C. de l'île de Rhodes. La page VI, nous montre un Zeus aétophore (porteur d'aigle) sur une drachme attique de Philippe III Arrhidée, demi-frère d'Alexandre le Grand, frappée à Abydos en Asie Mineure vers 320 avant J.-C. et orné d'une chouette devant le dieu et d'une jambe de cheval sous le trône.

La première partie de l'ouvrage qui comprend soixante-huit pages est divisée en plusieurs sections, chacune consacrée à un animal ou à une famille d'animaux. Un texte fortement documenté et dépassant largement le cadre numismatique vient éclairer la place de l'animal dans l'imaginaire avec sa charge symbolique, mais aussi dans la réalité, parfois complétée de citations d'ouvrages tirés des auteurs anciens. Chaque animal est accompagné d'un extrait d'une fable d'Ésope, le " La Fontaine " grec, qui met en scène l'animal concerné.

Si le lion et la lionne trouvent une place de choix, de roi aux premières pages de l'ouvrage (p. 2-11), les autres animaux qui suivent ne semblent pas obéir à un ordre naturel établi puisque nous rencontrons successivement veau, vache, taureau et bœuf réunis ensemble aux pages 12-21, puis les autres ruminants avec chèvre bouc, brebis et bélier entre chien et loup qui ne sont pas sans évoquer quelque morale ou sentence d'une fable d'un La Fontaine. Nous allons ensuite à la rencontre du sanglier, du lièvre et du cerf de nos forêts (p. 29-31). Le cheval retient notre attention aux pages 32 à 43 sous forme de tête, de protomé, de cheval libre ou de cavaliers bondissant. Nous quittons ensuite la terre ferme pour les eaux afin d'y rencontrer dauphin, poulpe, phoque et tortue (p. 44-47), avant de nous élever vers le ciel avec l'aigle (p. 48-51), puis la chouette (p. 52-57) avant de terminer avec les autres oiseaux (cygne, oie, colombe, coq etc…) (p. 58-63). L'association du serpent et des abeilles semble moins heureuse (p. 64-65), mais rendue inévitable par le nombre réduit de serpents dans la collection. Ce chapitre se termine par le majestueux et pachydermique éléphant (p. 66-68). Une bibliographie des auteurs anciens utilisés d'Aristophane à Xénophon est donné à la page 69.

Le Catalogue débute ensuite par une introduction générale à l'art monétaire qui tient compte des derniers ouvrages publiés comme La Monnaie grecque, ouvrage collectif de D. Gérin, C. Grandjean, M. Amandry et F. de Callataÿ, paru en 2001, montre une bonne maîtrise de l'outil bibliographique sans oublier le remarquable ouvrage de G. Le Rider sur la Naissance de la monnaie, Pratiques monétaires de l'Orient ancien, Paris 2001 dont M. Prieur avait rendu compte dans nos colonnes. Cette introduction qui n'est pas révolutionnaire a l'avantage d'être claire et précise et reprend les grand thèmes liés à la numismatique grecque, à savoir : origine de la monnaie, rôle et fonction de la monnaie, la frappe monétaire, les différentes dénominations (p. 3-5). Le plan du catalogue reprend le classement géographique en partant de l'Occident vers l'Orient et en commençant par l'Hispanie et la Gaule d'Emporion et Massalia, la Bactriane (Afghanistan actuel) avec Antimaque II Nicéphore (160-155 avant J.-C.) et Carthage.

Chacune des cent-cinquante six monnaies est minutieusement décrite avec la mention du poids, du diamètre, voire des diamètres du droit et du revers. Chaque pièce est intégralement décrite, droit et revers, et référencée. La description est suivie d'un historique sur la cité ou le souverain ou d'un commentaire éclairant la monnaie. Toutes les monnaies sont reproduites à l'échelle 1 et ensuite agrandies dans un cadre. Toutes les monnaies sont en argent et permettent de découvrir la diversité grecque entre les trois grandes périodes : archaïque, classique et hellénistique.

Plus qu'un catalogue ou un corpus, ce livre est fait pour rêver. La carte, en feuille volante, permet de suivre les localisations de monnaie en monnaie et l'ouvrage est accompagné de deux index bien utiles qui auraient manqué : tableau de correspondance entre les monnaies illustrées sur les planches et leurs numéros dans le catalogue raisonné et index alphabétique des animaux figurant sur une monnaie (n° au catalogue). La carte comporte le nom de tous les lieux de frappe des monnaies de l'ouvrage, complété par quelques noms de villes importantes.

Voilà un ouvrage qu'il vous faut acquérir, après tout, Noël n'est pas si loin derrière nous, il est encore temps de vous faire plaisir. Ne perdez pas l'occasion d'acheter ce petit musée " clé en mains " que vous aurez souvent l'occasion de visiter !

Laurent SCHMITT


.
Articles connexes