Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Boutiques monnaies billets de cgb.fr
En stock
Recherche avancée

La73 - L’atelier monétaire royal de La Rochelle - La place de Verdun, archéologie d’un espace urbain MILLE Pierre, TEREYGEOL Florian

L’atelier monétaire royal de La Rochelle - La place de Verdun, archéologie d’un espace urbain MILLE Pierre, TEREYGEOL Florian
Prix : 24.00 €
Quantité
Ajouter au panier
Ajouter au panier
Auteur : MILLE Pierre, TEREYGEOL Florian 
Editeur : Presses Universitaires de Rennes 
Langue : français 
Caractéristiques : Rennes 2011, broché, (21,5 x 28 cm), 240 p., nombreuses illustrations en couleur  
Poids : 554  g.
Commentaire
Article
Le deuxième atelier rochelais est le seul atelier monétaire royal médiéval et moderne fouillé en France et l’un des rares en Europe (de son installation à la fin du XIVe siècle à sa destruction peu après 1689). Ce chantier a bénéficié d’une approche transdisciplinaire associant étroitement archéologues, archéomètres, historiens et numismates. Il a permis de restituer une histoire économique mais également technique de l’atelier monétaire en faisant appel tant aux fouilles, aux archives qu’aux méthodes physiques et expérimentales. En plus des bâtiments et des structures de fonte, la fouille a livré un important mobilier métallurgique permettant de restituer la chaîne opératoire de la production monétaire.
L'atelier monétaire royal de La Rochelle. La place de Verdun, archéologie d'un espace urbain, Presses Universitaires de Rennes, sous la direction de Pierre Mille et Florian Téreygeol, 238 pages en couleur, 24 euros.

C'est avec plaisir que je vous annonce la parution de cet ouvrage qui a nécessité une longue maturation et dont les premiers manuscrits ont été remis il y a presque 15 ans. Entre 1994 et 1997, des opérations archéologiques ont été menées à La Rochelle, sur la place de Verdun. La municipalité avait alors lancé le projet de création d'un parking souterrain à l'emplacement de l'ancien atelier monétaire et du château de cette ville. Les fouilles archéologiques de l'atelier monétaire ont été menées sous la direction d'Anne Bocquet et de Pierre Mille. Elles ont révélé de nombreuses structures toutes antérieures à la démolition de l'atelier en 1689 et remontant parfois au début du XVe siècle. Ce sont ainsi plusieurs fours qui ont été méticuleusement fouillés, dont l'un semble s'être effondré vers 1422 lors de la fonte de florettes de Charles VI ou du dauphin. Il contenait encore une quinzaine de florettes collées entre elles et en cours de fonte. De nombreux flans, d'argent et de billon, des lames, des chutes de lames et mêmes des carrés monétaires vierges ont été découverts. Les traces de l'ensemble de la chaîne de fabrication ont été retrouvées. Florian Téreygeol s'est livré à de l'archéologie expérimentale de manière et notamment à mieux comprendre la nature des outils et des méthodes employées. La partie historique et numismatique de l'atelier monétaire tient également une bonne place. Marc Bompaire nous livre une intéressante étude sur cet atelier entre sa création en 1359 et l'année 1433. Avec l'aide de Jean-Yves Kind, j'ai consacré un chapitre à la période 1433-1553 à partir du dépouillement systématique des archives de la Cour des monnaies de Paris (Archives nationales, sous-série Z1b). Nous y apprenons que le frère de Louis XI, Charles de France, a frappé monnaies à La Rochelle de 1469 à 1472 et donc pas seulement en Guyenne, à Bordeaux. Il avait en effet reçu l'Aunis en apanage et les quelques rares monnaies d'or et d'argent frappée à La Rochelle, à son nom, constituent les dernières monnaies féodales de la région Poitou-Charentes. Enfin, j'avais remis en 1999, une étude consacrée à la période 1553-1689. L'ensemble des comptes de cette période a été dépouillé et synthétisé p. 184-197 ainsi que la liste des maîtres accompagnés et leur(s) différent(s), p. 44. Ils permettent pour la première fois d'avoir une idée fidèle et continue des productions monétaires de cette période, y compris des émissions protestantes illégales réalisées entre 1625 et 1628. De riches annexes présentent notamment le procès-verbal d'une visite de l'atelier réalisée en 1556. L'atelier est alors dans un état de décrépitude avancé et les officiers ne respectent pas vraiment les règlements. Durant la première moitié du XVIe siècle, il ne fut presque pas un maître qui n'ait pas été condamné pour malversation. En 1546, l'atelier doit même cesser toute production, car tous les officiers sont emprisonnés à la Conciergerie à Paris. Dans ce contexte, il n'est pas étonnant que l'atelier ait pu livrer autant de flans en argent et en billon.
Cet ouvrage pluridisciplinaire est le seul qui soit consacré à la fouille d'un atelier monétaire français. Il permet de renouveler l'histoire de l'atelier monétaire de La Rochelle durant le bas Moyen-Âge et l'Ancien Régime.

Arnaud Clairand..
Articles connexes