Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

E-auction 103-54633 - La religion en Gaule romaine, piété et politique (Ier-IIIe siècle apr. J.-C.) VAN ANDRIGA W.

La religion en Gaule romaine, piété et politique (Ier-IIIe siècle apr. J.-C.) VAN ANDRIGA W.
Vous devez être connecté et approuvé par cgb.fr pour participer à une "e-auction/live-auction" de cgb.fr, . Les validations de compte sont effectuées dans les 48 heures qui suivent votre enregistrement, n'attendez pas les deux derniers jours avant la clôture d'une vente pour procéder à votre enregistrement.En cliquant sur "MISER", vous acceptez sans réserve les conditions générales des ventes privées des e-auctions de cgb.fr et les conditions générales des ventes privées des live auctions de cgb.fr. La vente sera clôturée à l'heure indiquée sur la fiche descriptive, toute offre reçue après l'heure de clôture ne sera pas validée. Veuillez noter que les délais de transmission de votre offre à nos serveurs peuvent varier et qu'il peut en résulter un rejet de votre offre si elle est expédiée dans les toutes dernières secondes de la vente. Les offres doivent être effectuées avec des nombres entiers, vous ne pouvez saisir de , ou de . dans votre offre. Pour toute question cliquez ici pour consulter la FAQ des e-auctions.

PAS DE FRAIS ACHETEUR.
Estimation : 22 €
Prix : 10 €
Offre maximum : 15 €
Date de fin de la vente : 06 avril 2015 19:39:30
participants : 5 participants
Auteur : VAN ANDRIGA W. 
Editeur : Errance 
Etat du livre : Ouvrage d'occasion en bon état général de conservation. Seule la couverture est usée 
Langue : français 
Caractéristiques : Paris, 2002, broché, (16 x 24cm), 336 p., dont nombreuses ill. n&b 
Poids : 780  g.
Lisibilité :
Illustrations :
Technicité :
Importance :
Commentaire
Article
"L'impression d'une harmonie paisible entre les cultures romaine et gauloise est entretenue par la conviction d'une permanence des dieux gaulois. L'enquête épigraphique et archéologique montre qu'il est réducteur de voir partout en Gaule romaine, et surtout à toute époque, des dieux indigènes assimilés au panthéon des vainqueurs plus ou moins superficiellement et de conclure à la pérennité sans faille d'un monde divin indigène.
Sous l'Empire, les hommes ont progressivement changé d'identité, épousant la citoyenneté du conquérant et adoptant un mode de vie proche des habitudes romaines. De la même façon, les dieux se sont modifiés pour s'adapter aux transformations politiques et sociales qui ont touché l'ensemble de la société gallo-romaine. Les hommes ont appris à vivre dans le cadre romain et civilisé de la cité. Les dieux ont alors changé d'habits, revêtant la toge ou les attributs des grands dieux gréco-romains, institués protecteurs de communautés politiques - les cités - intégrées dans un Empire pacifié.".
La religion en Gaule romaine, Piété et politique (Ier- IIIe siècle après J.-C.) par William van Andringa, Éditions Errance, Paris 2002, 336 pages, illustrations, index, tables, glossaire, très importante bibliographie, 16x24 cm, 29 euros, (190 francs), disponible dans toutes les bonnes librairies spécialisées et chez CGF, 36, rue Vivienne, 75002 Paris, http://www.cgb.fr/librairie/index.html

Cette dernière publication des Éditions Errance est d'un niveau particulièrement élevé. Thèse de doctorat de l'auteur présentée en 1997, elle a eu le rare privilège d'être publiée " en dur ". Les qualités de ce travail, haut niveau scientifique, étude très fouillée, très nombreuses notes, référence explicite aux sources et documents, peuvent devenir, pour le lecteur de base, des difficultés d'accès. Il serait néanmoins dommage que les nombreux lecteurs qui s'intéressent à la Gaule et à la Gaule romaine ne fassent pas l'effort de lire ce livre avec l'attention qu'il mérite. Ils y trouveront une confrontation permanente des sources, aussi bien archéologiques que littéraires, une récapitulation et analyse très complète de tous les sites religieux importants, une manière de comprendre la formation de la France à partir de la double influence romaine et gauloise qui mérite non seulement réflexion mais encore transposition à d'autres périodes et pour d'autres peuples.
La thèse fondamentale de l'auteur est que loin d'avoir été le théâtre d'une permanence des cultes gaulois (il rappelle par exemple que dès Claude, l'exercice de la " barbare religion des Druides " est interdite à toute la population alors que, sous Auguste, cette interdiction ne s'appliquait qu'aux citoyens romains), la Gaule a vu son intégration politique et " civique " soutenue et presque précédée par son intégration religieuse.
Nous traversons actuellement une période où les gouvernants légaux de notre pays veulent le fondre dans un ensemble politique de 15 pays d'abord, de 25 pays ensuite au rythme des intégrations. Il est donc loin d'être inutile de réfléchir aux mécanismes et aux logiques qui ont présidé à l'intégration de la Gaule dans l'immense ensemble politique de l'Empire romain, avant de l'en séparer, et pour quelles raisons, cinq siècles plus tard.
Je cite la quatrième de couverture " L'impression d'une harmonie paisible entre les cultures romaine et gauloise est entretenue par la conviction d'une permanence des dieux gaulois. L'enquête épigraphique et archéologique montre qu'il est réducteur de voir partout en Gaule romaine, et surtout à toute époque, des dieux indigènes assimilés plus ou moins superficiellement au panthéon des vainqueurs et de conclure à la pérennité sans faille d'un monde divin indigène.
Sous l'Empire, les hommes ont progressivement changé d'identité, épousant la citoyenneté du conquérant et adoptant un mode de vie proche des habitudes romaines. De la même façon, les dieux se sont modifiés pour s'adapter aux transformations politiques et sociales qui ont touché l'ensemble de la société gallo-romaine ".
Ce livre mérite donc non seulement la lecture mais aussi la réflexion : l'intégration d'un pays dans un ensemble politique nouveau est un processus qui nous concerne hic et nunc.

Michel Prieur
.
Articles connexes