Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

v45_0880 - HÉRACLIUS, HÉRACLIUS CONSTANTIN et HÉRACLONAS Solidus

HÉRACLIUS, HÉRACLIUS CONSTANTIN et HÉRACLONAS Solidus
MONNAIES 45 (2010)
Prix de départ : 550.00 €
Estimation : 850.00 €
Prix réalisé : 550.00 €
Type : Solidus  
Date 639-640 
Nom de l'atelier/ville : Constantinople 
Métal : or 
Titre en millième : 1.000  ‰
Diamètre : 21  mm
Axe des coins : 6  h.
Poids : 4,45  g.
Degré de rareté : R1 
Officine : 9e 
Commentaires sur l'état de conservation : Exemplaire sur un flan très large, parfaitement centré des deux côtés avec les grènetis complets. Très joli droit de style fin, bien venu à la frappe avec tous les détails visibles. Frappe un peu molle au revers avec une usure superficielle. Solidus ayant conservé une partie de son coupant d’origine et de son brillant de frappe au droit 
N° dans les ouvrages de référence :  -  -  -  -  -  -  -  - 
Pedigree : Cet exemplaire provient du trésor d’Apamée sur l’Oronte, n° 52, TRESORS II, n°189 où il s’est vendu 630€ avec quatre offres sur un maximum à 800€ 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : Anépigraphe .
Description avers : Héraclius au milieu, Héraclonas à gauche, Héraclius Constantin à droite debout de face, couronnés, vêtus de la chlamyde, tenant chacun un globe crucigère ; Héraclonas est couronné et de la même taille que son père et son frère .
Titulature revers : VICTORIA - AVGY(thêta)/ hEP|-/ CONOB .
Description revers : Croix potencée posée sur trois degrés, accostée du monogramme d'Héraclius dans le champ à droite .
Traduction revers : “Victoria Augusti”, (Victoire de l’auguste) .
Graffiti au revers dans le champ. Léger tréflage sur la légende du revers. Mêmes coins que l’exemplaire du Cabinet des médailles de la BnF (n° 71, pl. 52)
Au revers, dans le champ à gauche, le monogramme est celui d'Héraclius. La couronne d'Héraclius est indiquée par une double rangée de points qui représentent des perles et des pierres précieuses : elle fut en effet estimée 70 livres d'or (plus de 5 000 solidi), valeur très supérieure au poids de l'or. Sur ce solidus, Héraclonas est couronné et il est de même taille qu'Héraclius Constantin. C’est l’une des dernières émissions pour l’atelier de Constantinople. Il n’y a pas de “marque secrète" (DI ou ID) sur ce type et qui pourrait correspondre à une indiction, cycle de 15 ans (en relation, au moins depuis Dioclétien, avec un impôt exceptionnel prélevé tous les 15 ans). Nous aurions ici un vide qui correspondrait à la quatorzième indiction qui a commencé le 1er septembre 627 ; la pièce serait donc plus précisément datée de la période du 7 juillet 639 (quand Héraclonas est proclamé co-empereur) au 31 août 640.

HÉRACLIUS, HÉRACLIUS CONSTANTIN et HÉRACLONAS

(4/07/638-11/01/641)

Héraclius était préfet d'Afrique depuis le règne de Maurice-Tibère. Avec son fils, nommé aussi Héraclius, il se révolta contre la tyrannie de Phocas. La sédition éclata à l'été 608 et rapidement les Héracliides contrôlèrent Carthage et Alexandrie ainsi que Chypre. Le 4 octobre 610, Héraclius débarqua à Constantinople, renversa Phocas et le fit mettre à mort. Le règne d'Héraclius commençait mal. Les Sassanides occupaient l'Asie Mineure et en particulier Jérusalem. À partir de 622, Héraclius reprit l'offensive et Jérusalem redevint chrétienne en 628. Héraclius récupéra la vraie croix, symbole du nouveau type de solidus. Il épousa Martine, sa nièce, en secondes noces. Elle fut la mère d'Héraclonas, né en 626, créé césar en 630, associé au trône en 638. Après la mort d'Héraclius, le 11 janvier 641, Héraclius Constantin disparut à son tour le 20 avril 641. C'est le fils de Martine, Héraclonas, qui monta sur le trône. Dès le mois de septembre, Héraclonas fut obligé de couronner son neveu Constans comme co-empereur. Il fut déposé en octobre, mutilé et exilé avec sa mère à Rhodes.