Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

bby_269464 - EMPIRE DE NICÉE - JEAN III DUCAS Aspron trachy (scyphate)

EMPIRE DE NICÉE - JEAN III DUCAS Aspron trachy (scyphate)
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 225.00 €
Type : Aspron trachy (scyphate) 
Date c. 1222-1254 
Nom de l'atelier/ville : Atelier indéterminé 
Diamètre : 27  mm
Axe des coins : 6  h.
Poids : 2,17  g.
Degré de rareté : INÉDIT 
Commentaires sur l'état de conservation : Exemplaire sur un flan ovale et irrégulier, bombé. Droit à l’usure très importante. Joli revers. Patine verte 
N° dans les ouvrages de référence :  -  -  -  -  - 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Description avers : L’archange saint Michel ou Saint Georges debout de face .
Description revers : Jean III couronné, vêtu du divitision, du loros et du sagion, tenant de la main gauche l’akakia et de la main droite, une épée et saint Constantin nimbé debout de face, tenant une épée de la main gauche ; ils tiennent tous les deux un étendard .
Légende revers : Iw/ S/O/D/K .
Traduction revers : (Jean despote Ducas) .
Aspron trachy (scyphate). Exemplaire fortement bombé (scyphate). Semble complètement inédit et non répertorié. Manque à tous les ouvrages consultés
Ce type d’aspron trachy pourrait bien suivant les cas appartenir à l’atelier de Magnésie ou de Thessalonique.

EMPIRE DE NICÉE - JEAN III DUCAS

(1222-3/11/1254)

Jean III Ducas Vatatzès ou Jean I de Nicée est le beau-fils de Théodore Lascaris, le fondateur de la dynastie. Il continua l'œuvre de son prédécesseur et fut l'un des plus grands souverains de l'histoire byzantine. Il réussit à contenir ses compétiteurs : l'empereur de Thessalonique, le tsar des Bulgares (Asên II) et l'empire latin dont la vie ne tenait déjà plus qu'à la désunion entre ses ennemis. Épargné in extremis par le déluge mongol, Nicée tira avantage de l'affaiblissement de ses voisins. Malgré les guerres, Jean III releva l'économie du pays et Nicée connut un bien-être comme l'empire byzantin n'en avait pas eu depuis longtemps.