Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Boutiques monnaies billets de cgb.fr
En stock
Recherche avancée

fme_441471 - CONFIANCE (MONNAIES DE...) Monneron de 5 sols au serment TB+

CONFIANCE (MONNAIES DE...) Monneron de 5 sols au serment TB+
Prix : 35.00 €
Quantité
Ajouter au panier
Ajouter au panier
Type : Monneron de 5 sols au serment 
Date : 1792 
Nom de l'atelier/ville : UK, Birmingham, Soho 
Métal : cuivre 
Diamètre : 39,6  mm
Poids : 26,50  g.
Tranche : inscrite en creux 
Commentaires sur l'état de conservation : Médaille avec une surface hétérogène et une patine croûteuse par endroits 

Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : VIVRE LIBRES - OU MOURIR. // 14 JUILLET. / 1790 .
Description avers : dans un cartouche ovale, scène du serment de la Fête de la Fédération avec PACTE FÉDÉRATIF, signé DUPRÉ F. .
Titulature revers : MONNERON FRERES NEGOCIANS A PARIS. / 1792 .
Description revers : Au centre légende en neuf lignes : MEDAILLE / DE CONFIANCE / DE CINQ-SOLS / REMBOURSABLE / EN ASSIGNATS / DE 50#. ET / AU DESSUS. / - / L'AN IV. DE LA / LIBERTÉ .
Ce monneron a été parfois considéré comme une médaille, mais son usage principal est bien monétaire. Le texte du revers a été modifié pour être en conformité avec la loi sur les domaines nationaux et les monnaies de confiance. La scène représentée rappelle le Serment de la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790 qui commémorait la prise de la Bastille et le lien qui unissait la Nation au roi et au Peuple. C'est Talleyrand, à l'époque évêque, qui avait célébré l'office. Selon différents travaux, avec une production dépassant 70 tonnes, nous aurions une fabrication de 2.334.000 pièces avec un poids moyen de 30 grammes par pièce.

CONFIANCE (MONNAIES DE...)

(1791-1793)

Les Frères Monneron firent fabriquer en Angleterre par Matthew Boulton, grâce à la machine à vapeur de Watt, des pièces de 2 et 5 sols en grande quantité dans l'atelier de Soho à Birmingham, à partir de la fin de l'année 1791. Ces monnaies de nécessité auraient dû suppléer à la pénurie monétaire qui régnait en France et leur qualité technique et esthétique était bien supérieure aux médiocres productions officielles contemporaines en métaux vils.
En mars 1792, les Monneron firent faillite et Pierre s'enfuit. Son frère Augustin reprit l'affaire, mais une loi du 3 mai 1792 interdit la fabrication des monnaies privées. En septembre, un décret interdit la commercialisation des pièces de confiance. Ces monnaies de nécessité circulèrent en fait jusqu'à la fin de 1793.