Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

Live auction - bry_435957 - CHARLES IX Teston, 2e type 1564 Toulouse SUP

CHARLES IX Teston, 2e type 1564 Toulouse SUP
Vous devez être connecté et approuvé par cgb.fr pour participer à une "e-auction/live-auction" de cgb.fr, . Les validations de compte sont effectuées dans les 48 heures qui suivent votre enregistrement, n'attendez pas les deux derniers jours avant la clôture d'une vente pour procéder à votre enregistrement.En cliquant sur "MISER", vous acceptez sans réserve les conditions générales des ventes privées des live auctions de cgb.fr. La vente commencera sa clôture à l'heure indiquée sur la fiche descriptive. Veuillez noter que les délais de transmission de votre offre à nos serveurs peuvent varier et qu'il peut en résulter un rejet de votre offre si elle est expédiée dans les toutes dernières secondes de la vente. Les offres doivent être effectuées avec des nombres entiers, vous ne pouvez saisir de , ou de . dans votre offre. Pour toute question cliquez ici pour consulter la FAQ des live auctions.

Les offres gagnantes seront soumises à 12% TTC de frais de participation à la vente.
Estimation : 600 €
Prix : 800 €
Offre maximum : 855 €
Fin de la vente : 01 août 2017 15:01:23
participants : 3 participants
Type : Teston, 2e type 
Date : 1564 
Nom de l'atelier/ville : Toulouse 
Quantité frappée : 284580 
Métal : argent 
Titre en millième : 898  ‰
Diamètre : 29  mm
Axe des coins : 10  h.
Poids : 9,44  g.
Commentaires sur l'état de conservation : Monnaie frappée sur un flan assez large et irrégulier. Exemplaire présentant de hauts reliefs et recouvert d’une patine grise 
Référence ouvrage : C.1356 et 1358  - Mar.-  - L.895 (1er type)  - Dy.1063 (1er type)  - Sb.4602 (14 ex.) 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : CAROLVS. VIIII. D. G. FRA. REX., (légende commençant à 7 heures) .
Description avers : Petit buste de Charles IX à gauche, cuirassé, la tête laurée ; au-dessous la lettre d'atelier .
Traduction avers : (Charles IX, par la grâce de Dieu, roi des Francs) .
Titulature revers : (Mm). SIT. NOMEN. DOM. BENEDIC (Mg) M.D LXIIII. .
Description revers : Écu de France couronné, accosté de deux C couronnés .
Traduction revers : (Béni soit le nom du Seigneur) .

CHARLES IX

(05/12/1560-30/05/1574)

Né à Saint-Germain-en-Laye en 1550, fils de Henri II et de Catherine de Médicis, Charles IX succéde à son frère François II en 1560, à l'âge de dix ans. Sa mère exerce donc la régence, et son cousin Antoine de Bourbon la lieutenance générale du royaume. Son "règne" commence avec les États Généraux réunis à Orléans en décembre 1560 - janvier 1561 et le colloque de Poissy (octobre 1561), qui permet la confrontation des idées catholiques et protestantes. En janvier 1562, l'édit de Saint-Germain donne aux Réformés une quasi-liberté de culte en dehors de villes closes. La guerre civile entre protestants et catholiques commença par le massacre de Wassy (mars 1562), où le duc de Guise fit périr des réformés réunis dans une grange. En réplique, le prince de Condé prit les armes et s'empara de plusieurs villes. Contrainte de prendre parti, Catherine se mit à la tête des Catholiques. Les massacres répondirent aux massacres et les Protestants profanèrent églises et tombeaux. Toute la France fut bientôt ravagée par les troupes des uns et des autres. À la bataille de Dreux (décembre 1562), Guise donna la victoire au camp catholique, mais il fut assassiné quelques mois plus tard, en février 1563. L'édit de pacification d'Amboise, en mars 1563, fut négocié par Montmorency, pour les Catholiques, et Condé, pour les Protestants. Il donnait la liberté de culte aux nobles et dans une ville par bailliage. Charles IX fut proclamé majeur en 1563 et sa mère tenta dès lors de rétablir l'autorité royale. L'ordonnance de Moulins (1566) diminua notamment le pouvoir des parlements et des gouverneurs. Pour rétablir la concorde, la reine-mère fit faire à son fils un long tour de France (1564) et mena une vie de cour brillante. Mécontents du rapprochement du pouvoir royal avec l'Espagne, mécontents de l'application des édits, les Protestants projetèrent de se saisir de la personne du roi. La cour se réfugia à Meaux puis se rendit à Paris (septembre 1567). Après un bref répit, le désordre et les massacres reprirent de plus belle. Les Protestants bloquèrent Paris et livrèrent la bataille indécise de Saint-Denis (novembre 1567), où Montmorency fut tué. Le second fils de Catherine, Henri d'Anjou, prit alors le commandement des armées royales. La paix fut signée à Longjumeau en mars 1568 : les dispositions de l'édit d'Amboise étaient rétablies. Dans le contexte de la réaction tridentine, le parti catholique commença alors de reprendre le dessus. Ordres mendiants et jésuites diffusaient les mots d'ordres. Des confréries armées se créaient. Le duc d'Anjou défit et tua Condé à Jarnac (mars 1569). Malgré le secours des protestants d'Allemagne, les Protestants furent vaincus une seconde fois à Moncontour (octobre 1569). Un nouvel édit de pacification, signé à Saint-Germain, intervint en août 1570 : les Protestants recevaient quatre villes de sûreté : La Rochelle, Montauban, La Charité et Cognac. Les seigneurs réformés reparurent à la Cour et Coligny devint le favori de Charles IX. Jalouse de cette concurrence, Catherine résolut la perte de l'amiral. À la faveur du mariage d'Henri de Navarre, chef nominal du parti protestant, avec Marguerite de Valois, le parti catholique profita du rassemblement à Paris de nombreux chefs réformés : ce fut le massacre de la Saint-Barthélemy (24 août 1572). Le roi et sa mère s'étaient laissé entraîner dans l'affaire, où la fureur collective fit le principal des deux mille victimes. La guerre reprit, inexpiable. Le Midi s'était révolté, avec la complicité de Montmorency-Damville, gouverneur de Languedoc. L'édit de Boulogne (juillet 1573), qui donnait la liberté de conscience et assurait la liberté de culte à La Rochelle et Montauban, ne put mettre un terme à la guerre. Roi d'un royaume déchiré, jouet des événements, Charles mourut sans descendance mâle le 30 mai 1574, laissant la couronne à son frère cadet, Henri, roi de Pologne.