Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

v39_0010 - CHARLES II LE CHAUVE Obole

CHARLES II LE CHAUVE Obole
MONNAIES 39 (2009)
Prix de départ : 380.00 €
Estimation : 750.00 €
Prix réalisé : 605.00 €
Nombres d'offres : 3
Offre maximum : 810.00 €
Type : Obole 
Date Édit de Pistres, 25/06/864 
Nom de l'atelier/ville : Soissons 
Métal : argent 
Diamètre : 17  mm
Axe des coins : 9  h.
Poids : 0,82  g.
Degré de rareté : R3 
Commentaires sur l'état de conservation : Cette obole est frappée sur un flan large et légèrement voilé. Exemplaire recouvert d’une patine grise sur lequel la croix du revers apparaît en négatif au droit 
N° dans les ouvrages de référence :  -  - 
Pedigree : Exemplaire provenant de la collection “Robert” 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : + CRATIA D.I REX, (légende commençant à 9 heures) .
Description avers : Monogramme carolin (KAROLVS) .
Traduction avers : (Charles, roi par la grâce de Dieu) .
Titulature revers : + °VE[IIE?]°VVICV .
Description revers : Croix .
Traduction revers : (Cité de Soissons) .
Cette monnaie est attribuée à Soissons, l’annelet initale laissant penser à la boucle d’une S, donnant SVE[...], pour SVESSIO CIVITAS. A rapprocher du denier MG 810 qui présente la légende + VE.SSNCIVTIVS pouvant laisser penser à une frappe immobilisée, plus tardive que celle du règne de Charles II dit “le Chauve”.

CHARLES II LE CHAUVE

(20/06/840-6/10/877)

Charles le Chauve est devenu roi à la mort de son père, Louis le Pieux, le 20 juin 840. Au traité de Verdun en 843, l'empire carolingien est partagé entre les trois fils de Louis. Lothaire reçoit la Lotharingie, Louis le Germanique, la Francia Orientalis et Charles la Francia Occidentalis. Le type à la légende chrétienne est antérieur à 864 et à la réforme de l'édit de Pîtres, mais il doit être postérieur à 843. Il a pu être frappé entre 850 et 860.