Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

bpv_153686 - CARACALLA Tétradrachme syro-phénicien TB

CARACALLA Tétradrachme syro-phénicien TB
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 28.00 €
Type : Tétradrachme syro-phénicien 
Date : 215-217 
Nom de l'atelier/ville : Antioche, Syrie, Séleucie et Piérie 
Métal : billon 
Diamètre : 26,00  mm
Axe des coins : 6  h.
Poids : 11,55  g.
Commentaires sur l'état de conservation : L’usure régulière de circulation n’est pas le défaut principal de cette pièce, aucun détail n’a disparu mais l’exemplaire devait être largement corrodé et a été nettoyé avec une énergie coupable 
Référence ouvrage : Prieur 224 (75 ex.)  - McAlee 681 
Pedigree : Cet exemplaire est le 0224_086 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Description avers : Tête laurée de Caracalla à droite, avec une barbe fournie, l’un des rubans de la couronne de laurier passant sur l’épaule .
Légende avers : AUT K. M. A.- .ANTWNEINOS S-EB (Autokrator Kaisar Markos Aurhlios Antwneinos Sebastos) .
Traduction avers : (L’empereur césar Marc Aurèle Antonin auguste) .
Description revers : Aigle à gauche, ailes écartées, tête et queue à droite, tenant un cuissot d’animal sacrificiel dans ses serres, et une couronne perlée de lauriers dans son bec .
Légende revers : DHMARC. EX. UPATO. D., .D. .E. .
Traduction revers : (Revêtu de la puissance tribunitienne consul pour la quatrième fois) .
On sépare les frappes massives de la guerre parthique en deux groupes : avec ou sans Delta Eta dans le champ du revers. Le classement chronologique des Delta Eta en deuxième position s’impose puisque ces deux lettres se retrouveront sur les frappes de Macrin, de Diaduménien et d’Elagabal mais ne se trouvent jamais auparavant.
Faute de mieux, on a voulu voir dans ces deux lettres les initiales de la légende de revers, ce qui reviendrait à “T(ribun), C(onsul)”... ce qui ne fait guère de sens. Nos connaissances en grec étant plus que limitées, nous ne pourrons pas confirmer une autre hypothèse qui rattacherait ces deux lettres au classique “SC” (Senatus Consulto, avec l’accord du Sénat) des bronzes de l’atelier de Rome. On a souvent le sentiment en étudiant les tétradrachmes syro-phéniciens que plusieurs pouvoirs politiques ont pu avoir été en jeu permanent, les services impériaux, le Trésor militaire, parfois l’empereur, la municipalité d’Antioche et peut-être les fiscs provinciaux car la question du financement des émissions apparemment concurrentes et simultanées ne peut s’expliquer qu’ainsi. Ne pourrait-on pas penser que ces lettres correspondent à “Avec l’accord du Sénat d’Antioche”, l’identité d’initiales avec la légende du revers n’étant qu’une coïncidence ? Nous laissons à des hellènistes distingués de trouver à quoi correspondent réellement ces initiales.
La qualité de gravure et de frappe est toujours bonne, voire très bonne, mais l’empereur commence à voir son portrait vieillir et les rides épaisses qui marquent son front sur cet exemplaire en sont une bonne illustration.
On peut raisonnablement penser que les graveurs ont voulu exprimer la personnalité autant que l’aspect réel - l’empereur n’a que 28 ans - en exagérant ces traits. On peut aussi penser que la vie de débauche dont son père avait essayé de l’extraire, par exemple en organisant une campagne un peu superflue en Bretagne, l’a profondément marqué. Notre exemplaire est peut-être du début de la série et ne présente pas encore franchement le pli dédaigneux de la lèvre qui deviendra fréquent dès les prochaines émissions.
On note que les sigma sont gravés en C.
Dans la base TSP maintenue par Michel Prieur, cent dix exemplaires sont maintenant répertoriés.

CARACALLA

(27/05/196-8/04/217) Marcus Aurelius Antoninus

Auguste (4/02/211-8/04/217)

Après l'assassinat de Géta, Caracalla fit décréter la "damnatio memoriæ" de son frère. La "Constitution Antoniniana" fut promulguée en 212. Tous les habitants de l'Empire devenaient des citoyens romains. L'année suivante, il entreprit une campagne en Germanie et remporta de nombreuses victoires sur les Germains, les Iapyges et les Goths. Il reçut le titre de "Germanicus". La fin du règne fut marquée en 215 par la Réforme monétaire et la création de l'antoninien. Caracalla entame une ultime campagne contre les Parthes. Il est assassiné après avoir célébré ses vicennalia.