Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

Archives numismatiques cgb.fr
En stock
Recherche avancée

bpv_158452 - CARACALLA Tétradrachme syro-phénicien

CARACALLA Tétradrachme syro-phénicien
Non disponible.
Article vendu sur notre boutique internet.
Prix : 290.00 €
Type : Tétradrachme syro-phénicien 
Date: 215-217 
Nom de l'atelier/ville : Edessa, Mésopotamie 
Métal : billon 
Diamètre : 25,5  mm
Axe des coins : 12  h.
Poids : 14,58  g.
Degré de rareté : R2 
Commentaires sur l'état de conservation : Bonne frappe et faible usure mais décentré au droit, il manque une partie de la légende 
Référence ouvrage: Prieur 843 (6 ex.) 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Description avers : Buste lauré de Caracalla à droite, cuirassé avec aegis sur la poitrine, vu de trois-quarts en avant (B*) .
Légende avers : AUT K. M. AU.- .ANTWNEINOS .S-EB (Autokrator Kaisar Markos Aurhlios Antwneinos Sebastos) .
Traduction avers : (L’empereur césar Marc Aurèle Antonin auguste) .
Description revers : Aigle debout de face, les ailes déployées, la tête tournée à droite, tenant dans son bec une couronne feuillée ; un petit temple ou autel entre les pattes .
Légende revers : DHMARC. EX. UPATOS. TO. D., (Dhmarcikhs Ex Ousias Upatos D) .
Traduction revers : (Revêtu de la puissance tribunitienne consul pour la quatrième fois) .
Bien que l’attribution de la série au petit temple à Edesse de Mésopotamie ne soit pas formellement prouvée, elle reste de loin la plus probable, de nombreux bronzes locaux, bien localisés par leur ethnique, représentant un tel objet. Mais dans tous les cas, il n’est même pas certain qu’il s’agit un petit temple, une arche ou un reliquaire étant également possibles. Il existe dans la région une grande quantité de cultes bétyliques dont l’importance était telle que nous en avons une survivance aujourd’hui avec la Pierre Noire de la Kaaba à la Mecque. Les frappes inaugurales de la série avec Caracalla divinisé ne présentent rien d’autre que ce même symbole, dans l’état actuel des connaissances.
Un argument indirect pour cette ville, militaire et près du front toujours sensible avec les Parthes, est la fréquence des bustes militaires cuirassés, avec boucliers.... Certains ont même fait remarquer que ce type de bustes, complètement inconnus à l’atelier de Rome à l’époque, ressemblent furieusement aux bustes militaires adoptés à Rome trente ans plus tard, pendant l’anarchie militaire. Jean-Marc Doyen ira même jusqu’à dire que l’Orient a servi de laboratoire iconographique à l’atelier de Rome.
Le buste utilisé pour le Prieur 843 est d’ailleurs particulièrement intéressant et caractéristique car il détaille bien l’architecture de la cuirasse, les bandes de renforcement et les épaulettes.
L’atelier présente plusieurs graveurs de revers et d’avers, ce qui est rare et pourrait laisser penser à plusieurs productions différentes réunies par erreur du fait de la similitude des symboles. On ne peut s’empêcher de constater que l’atelier de Rhesaena, par exemple, a lui aussi un symbole rectangulaire, apparemment un temple, mais qu’il a été séparé car il présente une meilleure homogenéïté de gravure. Dans la série d’Edesse, on remarque aussi une parenté directe des gravures pour Macrin avec la série d’Arados au croissant de lune.
Cette série pourrait subir des transformations de fond si d’autres exemplaires plus loquaces étaient découverts.
On note que les sigma sont gravés en C.
Dans la base TSP maintenue par Michel Prieur, six exemplaires sont toujours répertoriés, un seul en musée, à Paris (ex Seyrig). Notre exemplaire, qui provient de la vente Empire Coins Fixed Price List 46 (06 1989), n° 35, est le 0843_004.

CARACALLA

(27/05/196-8/04/217) Marcus Aurelius Antoninus

Auguste (4/02/211-8/04/217)

Après l'assassinat de Géta, Caracalla fit décréter la "damnatio memoriæ" de son frère. La "Constitution Antoniniana" fut promulguée en 212. Tous les habitants de l'Empire devenaient des citoyens romains. L'année suivante, il entreprit une campagne en Germanie et remporta de nombreuses victoires sur les Germains, les Iapyges et les Goths. Il reçut le titre de "Germanicus". La fin du règne fut marquée en 215 par la Réforme monétaire et la création de l'antoninien. Caracalla entame une ultime campagne contre les Parthes. Il est assassiné après avoir célébré ses vicennalia.