Mon panier



Vous n'avez pas d'articles dans votre panier




Continuer mes achats
Valider ma commande
Informations
Boutiques monnaies billets de cgb.fr
En stock
Recherche avancée

bga_240950 - BELLOVAQUES (Région de Beauvais) Bronze à la tête casquée, à l’aigle de face

BELLOVAQUES (Région de Beauvais) Bronze à la tête casquée, à l’aigle de face
Prix : 60.00 €
Quantité
Ajouter au panier
Ajouter au panier
Type : Bronze à la tête casquée, à l’aigle de face 
Date : c. 50-25 AC. 
Métal : bronze 
Diamètre : 16,5  mm
Axe des coins : 10  h.
Poids : 2,62  g.
Degré de rareté : R3 
Commentaires sur l'état de conservation : Bronze bien identifiable mais de frappe molle. Patine marron 
N° dans les ouvrages de référence :  -  - 
Pedigree : Ce bronze provient de la collection P. Gendre et est indiqué provenir de Vendeuil-Caply (60) 
Avers
Revers
Commentaire
Historique
Titulature avers : Anépigraphe .
Description avers : Tête casquée à gauche, l'œil en amande .
Titulature revers : Anépigraphe .
Description revers : Aigle de face, la tête tournée à gauche .
Cette rare série attribuée aux Bellovaques est représentée par deux types de revers ; celui au pégase et à la croisette (dont nous avons eu trois exemplaires) et celui à l’aigle de face que nous proposons pour la première fois avec deux exemplaires dans la collection Gendre. Vendeuil-Caply est indiqué comme provenance de ces deux monnaie.
Le DT. 546 est l’exemplaire de la BN, repris par S. Scheers dans son traité et alors considéré comme unique et sans provenance

BELLOVAQUES (Région de Beauvais)

(IIe - Ier siècle avant J.-C.)

Les Bellovaques, peuple de la Gaule Belgique, occupaient l'actuel département de l'Oise. Ils avaient pour voisins les Parisii, les Véliocasses, les Calètes, les Ambiens et les Suessions. César (BG. VII. 59) considère les Bellovaques comme la peuplade "la plus valeureuse de toute la Gaule". Avant la Guerre des Gaules, les Bellovaques avaient été les alliés des Éduens. En 57 avant J.-C., ils furent les artisans du soulèvement des peuples belges, fournirent un contingent de soixante mille guerriers à la coalition, mais furent vaincus et trouvèrent refuge sur leur oppidum de Bratuspantium. En 52 avant J.-C., ils avaient promis un contingent de dix mille hommes pour l'armée de secours. Ils se rétractèrent, prétendant combattre seuls les Romains. Finalement, à la prière de Commius, ils donnèrent deux mille hommes à la coalition. L'année suivante, en 51 avant J.-C., ils prirent pour la dernière fois la tête d'une révolte des peuples belges. Corréos, chef bellovaque, mena la sédition afin de combattre les Romains avec les Atrébates, les Ambiens, les Aulerques Éburovices, les Calètes et les Véliocasses. Avec l'atrébate Commios, Corréos rencontra les armées romaines aux confins des pays bellovaques et suessions. Corréos fut tué ce qui mit fin définitivement aux hostilités. Le principal oppidum des Bellovaques était Bratuspantium qu'il est difficile d'identifier avec certitude à la cité romaine de Caesaromagus (Beauvais). César. (BG. II, 4, 5, 10, 13, 14 ; V, 46 ; VII, 59, 75, 90 ; VIII, 6, 7, 12, 14-17, 20-23, 38). Strabon (G. IV, 3-5). Pline (HN. IV, 106). Ptolémée (G. II, 9). Kruta : 68, 351.